la Garde des Dragons Noirs

Communauté de joueurs de mmorpg
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 A la recherche du passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Heliodore
Francisque-à-Brèles
avatar

Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 17/01/2010

MessageSujet: A la recherche du passé   Mar 4 Jan 2011 - 14:01

Depuis son retour à la Garde, Héliodore se sentait revivre. Elle avait retrouvé une partie de ses souvenirs perdus. Retrouvait les personnes qui lui étaient chères, en rencontrait de nouvelles.
Elle cuisinait et cultivait son potager à ses heures perdus car ça lui permettait de s'évader du tumulte. Elle avait retrouvé dans ses affaires le nécessaire à couture que lui avait offert Fleurwen. Il avait souffert, la seule aiguille restante était tordue. Mais elle l'avait gardé comme preuve de son existence passée. Elle n'avait pas éprouvé le besoin de s'y remettre, Tornur pourvoyait à ses besoins. En retour, elle pourvoyait aux siens en lui préparant de bonnes provisions à chacun de ses passages en Comté.

Mais, certaines personnes qu'elle aurait beaucoup aimée revoir, restaient introuvables. Celles avec lesquelles elle partageait une grande demeure en Bree avant sa mésaventure. En sortant de la maison de la confrérie le jour où ses souvenirs lui étaient revenus, elle s'était rendu directement à son ancienne adresse pensant les retrouver. Là, son désarroi avait été total. La maison était occupée par une autre personne. Où se trouvaient Yvon, Leofalwen, Thumalin, Golori, Dagenrod, Fanyreth et Liamros ? Quand elle avait questionné Amalydir et les autres membres de la Garde, les renseignements qu'elle avait recueillis restaient imprécis pour plusieurs d'entre eux. La seule information confirmée avait été le décès de Dagenrod. Il avait été tué au cours d'une rixe dans une auberge des faubourgs de Bree. N'ayant pas supporté la disparition d'Héliodore, il s'était remis à boire, et beaucoup. Pour les deux Elfes, Fanyreth et Liamros, un récent passage à Celondim lui avait apprit qu'ils s'étaient embarqués aux Havres Gris pour Aman. La maison avait été déclaré abandonnée et les biens vendus aux enchères peu après. Les dernières nouvelles, datant de l'accident, étaient que Thumalin se trouvait à Esteldin, Yvon et Leofalwen à Fondcombe, Golori quelque part en Eregion. Autant dire qu'il lui faudrait se rendre sur place et enquêter elle même pour chacun. Elle avait peu d'espoir de les retrouver. « Tornur est à Esteldin en ce moment, il faudra que je lui demande de faire des recherches. » Pensa- t-elle devant la table de la cuisine.

Chassant ses idées noires, elle se demanda comment accommoder les victuailles que lui avait fait parvenir Torlak. « C'est vraiment un Nain très gentil, j'imagine qu'il doit bien s'entendre avec Tornur. » L'heure avançant, elle se remit gaiment à l'ouvrage en pensant à la mine réjouit du Nain bienfaiteur et à celle, encore plus gourmande, de l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Heliodore
Francisque-à-Brèles
avatar

Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 17/01/2010

MessageSujet: Re: A la recherche du passé   Sam 8 Jan 2011 - 16:04

Cela faisait plusieurs jours qu'un Nain arpentait les différents campements des Rôdeurs, installés dans les remparts de l'ancienne citadelle d'Esteldin. Il posait des questions à toutes les personnes passant la porte Est de la ville. Il avait discuté avec beaucoup de bijoutiers de passage à la maison des artisans, rencontré les membres locaux de la guilde. Étant armurier, il avait pu facilement vaincre leurs réticences en discutant de minerais, voire de leur réparer leurs outils. Les Nains étaient les plus durs en affaires, il était bien placé pour le savoir. Les membres de la guilde des bijoutiers avaient trace du passage de Thumalin dans leurs registres, mais la dernière entrée datait de plusieurs mois.

« Grmbl ! Je n'ai pas beaucoup progressé. Il me faut plus d'informations que ça, où la petite serait capable de venir elle même ici, malgré le danger ! » Tornur ne voyait pas trop comment orienter ses recherches. Il était perdu dans ses pensée, fumant sa pipe, lorsqu'une personne lui adressa la parole.
« Est-ce vous qui recherchez des informations sur un bijoutier Nain disparu ? » Un Humain, s'appuyant sur une canne, se tenait devant lui. « Savez-vous où se trouve Thumalin BrûleBarbes, Rôdeur ? Pour l'instant, peu ici se souvient même de son passage.
- Sans lui, je ne serais devant vous aujourd'hui. Je lui dois la vie Maître Nain.
- Ah ! Enfin quelque chose de plus consistant ! Je suis Tornur FierMarteau, venez ! Trouvons un endroit tranquille avec de la bière, vous allez-me conter cela ! Et vous êtes ?
- Gerald SombreBois. »
Peu après, une chope de bière à la main, les deux combattants reprenaient leur conversation sur les hauteurs de la porte Est.
« Ainsi donc vous lui devez la vie ?
- Oui. Je lui en serais à jamais reconnaissant. Est-il affilié à votre famille ? Car ce ne sont pas de bonnes nouvelles.
- Vous m'inquiétez. Une amie qui m'est chère souhaite le revoir.
- Cela lui est désormais impossible. En me sauvant la vie, il y a laissé la sienne. » Un lourd silence tomba. « Grmbl ! Que c'est il passé ? » Demanda le Nain. Le Rôdeur débuta son récit.

« Il y quelques mois, je devais effectuer une mission d'observation en vue d'une grande offensive sur Dol Dinen. Je devais rester discret et ne pas engager le combat. » Son regard se porta, nostalgique en direction de la place forte ennemie. « Ma mission accomplie, sur le chemin du retour, une patrouille imprévue me surpris. Mon équipement était insuffisant pour les affronter, et mes ordres étaient clairs. Je pris donc la fuite. » Tornur émit un grognement. Gérald ne sut s'il approuvait ou non. « Ils étaient très pugnaces et le Troll qui les accompagnait plutôt adroit. Je fut atteint à la jambe par un rocher lancé par ce dernier et tomba dans une dépression du sol.
Au fond se trouvait un Nain en pleine extraction de minerais. Il était aussi étonné de me voir que moi, mais nous n'eûmes le temps de faire les présentations. Mes poursuivants étaient sur nous. Je me relevais avec difficulté, ma jambe me faisait atrocement souffrir. Je lui tendis mon rapport en lui conjurant de le rapporter immédiatement à Esteldin pendant que je les retarderais. Hors de question ! Me rétorquât il en leur faisant face. Je n'avais jamais observé un gardien des runes à l'œuvre d'aussi près. C'était impressionnant ! Le rapport de force était nettement en notre défaveur. Il donnait tout ce qu'il avait, les insultait, exultait à chaque Orcs abattus et il rugit quand le Troll fut vaincu. Il me soignait un peu entre ces attaques mais, ce faisant, elles perdaient en efficacité. Il devait savoir depuis le début que ce combat serait désespéré, mais n'avait pas hésité une seule seconde. Je ne lui étais pas d'un grand secours, aussi essayait il de garder leur attention concentrée sur lui. Nous réussîmes à finalement les mettre en fuite, mais à quel prix... »

L'homme se tut, Tornur voyait que le souvenir de la bataille était très douloureux. Il alla chercher deux autres chopes, le temps que la tension retombe. Lorsqu'il revint avec sa précieuse cargaison, l'autre s'était un peu remis de ses émotions. La bière permit de reprendre le récit où il s'était arrêté. « - Merci, mon ami. - Lorsque le calme fut revenu, je pu rejoindre le gardien où il se trouvait. Il se tenait debout, encore tourné dans la direction qu'avait prise en fuyant les rares survivants. A mon approche, il s'écroula. Il était très grièvement blessé. Une de ses runes était cassée, l'autre avait une forme étrange et fumait encore. Il me sourit faiblement : C'était une bonne bataille ! Me dit-il. Mais ils étaient un peu nombreux à mon goût ! Vous allez pouvoir remettre votre rapport, moi, je vais me reposer un peu ici avant de rentrer. Je demandais le nom de mon sauveur, Thumalin BrûleBarbe ! Et il ajouta. Si vous avez besoin de bijoux, je peux vous faire un prix. J'étais catastrophé, il ne passerait pas la nuit dans sont état. Je voulu le relever mais il protesta. Rapportez ce foutu rapport ! Il est plus important que moi. Vous reviendrez plus tard. Je vais vous retarder, et vous êtes de nous deux le moins mal en point ! Il avait raison, ma jambe m'élançait encore m'obligeant à boiter, et j'étais couvert d'entailles. Tenez, je vous remets cet anneau. Vous me le rendrez à votre retour. C'est mon préféré, je ne vais pas mourir avant que vous me l'ayez rendu. La mort dans l'âme je rejoignis Esteldin, tant bien que mal, où je remis mon rapport et envoya du secours à Thumalin. Mais ils arrièrent trop tard. Les Orcs étaient revenu sur leurs pas et avaient achevé leur sinistre besogne. Sa dépouille fut enterrée sur place. De ses possessions, seul subsiste l'anneau qu'il m'avait remis. Je le garde précieusement depuis. J'ai gardé également cette claudication. »

Quand Gérald acheva son récit, la nuit était tombée. Tornur sorti sa pipe, la bourra et se mit à fumer en silence. Cette herbe à pipe de la Comté était vraiment bonne, en toute circonstances. « Mouais ! Et ce rapport. A-t-il été utile ?
- Oui, nous avons pu leur infliger de lourdes pertes lors de notre attaque quelques jours plus tard. Ils ne s'en sont toujours pas remis.
- Bon, au moins c'est déjà ça ! Il n'est pas mort en vain ! A sa place, j'en aurai fait autant. » Tornur regardait la lune se lever à l'horizon. « J'espère que le coups ne sera pas trop rude quand je le lui annoncerai. Elle en a déjà pas mal bavé !
- Je vois. J'aurai aimé que les rôles soit inversés. Pas une journée ne se passe sans que j'y repense. Voulez-vous lui remettre l'anneau ? Si elle était proche de lui, il lui revient de droit.
- Je lui remettrais. Nul doute que si elle vient par ici, elle voudra tout de même vous rencontrer.
- J'en serais honoré. Plaise à la destinée de vivre jusque là.
- Bah ! Ne vous en faites pas, elle veille déjà sur vous. Vous ne seriez pas devant moi à présent. » Le rire du Nain surpris Gérald qui ne s'attendait pas à cette réaction. « Allons ! Redescendons nous réchauffer avec une bière près d'un bon feu. Cette nuit commence à être fraîche ! » Et il donna une claque dans l'épaule de Gérald en se levant, ce dernier manquant de s'étaler de tout son long. « Et bien ? On ne tient déjà plus sur ses jambes ?
- Attendez ! Je vais vous montrez que l'on sait boire aussi chez nous ! Vous m'avez eu par surprise, voilà tout !
- J'ai hâte de voir ça ! »

Les deux compères s'en retournèrent vers l'animation d'Esteldin, et bientôt les chopes de bière commencèrent à s'aligner entre eux deux.
Revenir en haut Aller en bas
Heliodore
Francisque-à-Brèles
avatar

Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 17/01/2010

MessageSujet: Re: A la recherche du passé   Mer 12 Jan 2011 - 11:45

Héliodore faisait tourner l'anneau de Thumalin sur la table de la cuisine. Ce que Tornur avait rapporté le matin d'Esteldin n'était pas ce qu'elle espérait. Il avait utilisé maintes précautions pour lui annoncer la terrible nouvelle. Un peu trop même, elle avait deviné avant la fin du récit. Elle avait été triste bien sûr. Le Nain lui avait remonté le moral du mieux qu'il avait pu. Puis il lui donna un paquet que lui avait remis Torlak qui venait voir les Fils de la Terre non loin d'Esteldin. Il contenait des herbes et des épices que le gardien avait trouvé sur son chemin.

Elle regardait sa cuisine, toujours assise. Elle commençait à être vraiment petite depuis qu'elle s'y était mise sérieusement. Il lui fallait beaucoup plus de place. Les vivres qu'elle préparait pour elle même et les membres de la guilde, qui le lui demandait, exigeaient un cellier en conséquence. Elle avait dû demander à ces voisins de leur emprunter une partie de leur potager pour y faire pousser ses légumes, sa parcelle n'y suffisant plus.


- Bon ! Il faut trouver un autre logement. Plus grand ! Mieux exposé !
- Ah ! Ce serait une bonne idée, avec une cave plus grande !
Renchérit Tornur, heureux de changer de sujet.

Héliodore se leva, ramassa l'anneau et sortie sous le regard médusé du Nain.

- Bein, vla aut'chose ! Quelle mouche l'a piquée ? Elle ne va pas déménager dans l'heure tout de même ? Il sorti pour voir dans quelle direction elle était partie.

Elle n'était pas très loin. Elle se tenait devant un terrier, assez coquet, au pied d'un grand arbre sur une colline. Un petit moulin grinçait de temps en temps à proximité.

- Ici se sera très bien ! Il appartenait à un cousin éloigné, Ned VerteColine. Il était venu me voir peu après mon retour de... De... Ah ! Je ne me souviens plus ! Cette grande maison au fond d'une vallée... Peuplée d'Elfes...
- Foncombe Héliodore ! C'est Fondcombe.
Tornur se rassura intérieurement. Elle finira par se souvenir. Une fois qu'elle y sera, ça lui reviendra, c'est sûr !
- Merci ! Ned est parti pour BrandeBourg en me laissant la maison, je ne comprend pas bien pourquoi. Mais je vais l'utiliser aujourd'hui, j'en ai besoin.
- Et tu veux déménager maintenant ?
Tornur était de plus en plus étonné.
- Si on se dépêche, je pourrais préparer le déjeuner. On commence par la cuisine bien sûr. On s'occupera du reste après.

C'est ainsi que se poursuivit cette journée. Le Nain essayait de suivre la petite Hobbite survoltée dans ce déménagement imprévu, les bras chargés de gamelles, certaines encore chaudes.

- En tout cas je ne l'ai jamais vue aussi heureuse depuis son retour. Dire que, tôt ce matin, elle pleurait encore. Elle aime vraiment faire la cuisine. Et elle s'améliore chaque jours. Ouille ! C'est chaud !
Revenir en haut Aller en bas
Heliodore
Francisque-à-Brèles
avatar

Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 17/01/2010

MessageSujet: Re: A la recherche du passé   Lun 17 Jan 2011 - 20:46

Héliodore et Mithka venaient de corriger sévèrement un chef Gobelin dans les Terres Solitaires, quand la première demanda timidement à la seconde si elle pouvait l'accompagner un peu plus loin, dans la Trouée des Trolls. L'endroit était très dangereux pour les deux amies, mais un sanglier se trouvait là bas. Un sanglier dont la viande était indispensable à la réalisation d'une recette spéciale de cuisine.

Elles se rendirent prudemment à l'endroit où se trouvait le sanglier tant recherché. Heureusement, il faisait jour, et elles ne firent de mauvaises rencontres sur la route. Elles se faufilèrent entres des drakes et des vers géants sans bruit car le risque était mortel. Et enfin elles le trouvèrent. Le combat fut très dur mais elles en vinrent finalement à bout. La précieuse viande fut emballée en prévision de la future préparation.

Sur le chemin du retour, un drake énorme se réveilla et les pris en chasse. Héliodore et Mithka s'enfuirent en toute hâte se débrouillant pour le semer. Dans leur fuite elle arrivèrent par hasard en haut de la vallée de Fontcombe. En contemplant la vallée, une nouvelle porte dans la mémoire d'Héliodore s'ouvrit. Elle se souvint d'Elrond et de ses fils, de son premier passage, il y a bien longtemps, et surtout de son dernier. Elle se souvint de la tristesse dans le regard d'Elrohir quand elle reparti avec Tornur et la caravane naine. Mais d'où venait elle avant cela ? Elle sentait que c'était la dernière étape d'un voyage débuté beaucoup plus loin. Une nouvelle image vint à sont esprit : une grande forêt. Un sentiment également refit surface attaché à cette image : une grande tristesse. Mais elle ne pu approfondir plus en avant ces découvertes. Elle devait retourner en Comté préparer son morceau de sanglier pour progresser en cuisine. Le chemin pour descendre n'étant pas visible de là ou elles se trouvaient, elles se promirent d'y retourner ensemble plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Heliodore
Francisque-à-Brèles
avatar

Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 17/01/2010

MessageSujet: Re: A la recherche du passé   Dim 13 Fév 2011 - 9:21

Cela faisait plusieurs jours qu'Héliodore se trouvait à Fondcombe. Elle goûtait un repos mérité auprès de ces Elfes qu'elle appréciait. Les souvenirs, d'une autre vie, de ces précédents passages ressurgissaient dans sa mémoire au détour des allées, à la vue des bâtiments constituant cet îlot de paix dans ce monde actuellement assez chaotique.
Elle fut alors convoquée par Elrond. Elle s'y rendit avec une certaine appréhension ne sachant ce qu'allait lui demander le haut Elfe.


"Mae Govanen Dame Héliodore, comment vous portez-vous ? Je sais que vous vous trouvez depuis quelques jours en Imladris et vois, avec plaisir, que vous arborez les discrètes armoiries de la Garde des Dragons Noir. Pourquoi ne pas avoir demandé à me voir à votre arrivée ?"

Héliodore se détendit en comprenant les intentions d'Elrond. Elle laissa échapper un petit soupir qui fit imperceptiblement dresser un sourcil de son interlocuteur.

"Je vais bien, je vous remercie. Si je ne vous ai pas demandé, c'est que des souvenirs me reviennent au fur et à mesure que je parcours les allés de votre demeure. Je prend le temps de les faire à nouveau mien. J'ai pu réintégrer la Garde et grâce à leur soutien je me trouve auprès de vous. J'ai dû reprendre ma vocation de ménestrel à la base. Mais si je me souviens de mon dernier départ d'ici vers la Comté avec la caravane naine, je cherche toujours ce qui m'est arrivé avant cela."

Le visage d'Elrond s'assombrit.

"Vous n'avez vraiment aucun souvenirs avant cet évènement ?
- Une impression d'oppression et un cauchemar que je fais régulièrement doit y être lié.
- Un cauchemar ?
- Oui. Je suis dans un lieu très sombre. On dirait une forêt. Au loin se dresse une tour gigantesque. Quand je la regarde mon sang se glace. Puis je m'enfuis, je suis poursuivi. Et je tombe dans un abîme sans fond."

Le silence qui suivit les parole de la petite Hobbit dura plusieurs secondes.

"Je vois. Il est peut être effectivement lié à votre passé. Mais voulez vous vraiment le savoir ? Si je vous ai renvoyé en Comté naguère, c'était pour votre protection. Que vous puissiez retrouver une vie paisible après votre grave accident. Oublier les pénibles épreuves que vous avez pu traverser."

Une nouvelle fois une pause s'établit dans l'échange. Le cœur d'Héliodore s'accéléra quant elle ouvrit de nouveau la bouche.

"Je veux le savoir. Je veux retrouver mon passé."

Elrond la regarda droit dans les yeux, elle soutint son regard sans ciller. Intérieurement elle était terrifiée mais n'osait bouger de peur de s'écrouler sous l'émotion. Il ne s'écoula que quelques secondes avant qu'il ne réponde, mais l'attente lui sembla interminable.

"Soit. Vous semblez déterminée malgré l'effroi que cette idée a fait germer en vous. Je ne peux vous donner qu'un lieu et un nom. Cette personne pourra répondre à toutes vos questions sur ce passé qui vous fait défaut et vous tourmente. Il faut donc vous rendre en Lothlórien auprès de Dame Galadriel. Elle pourra accéder à votre demande. Pour ce faire, vous devrez à nouveau traverser la Moria pour l'atteindre facilement. Vous devrez sûrement faire à nouveau preuve de votre valeur vis à vis des Nains de Khazad-Dum et des Galadhrims durant votre voyage. Je vous indiquerai la direction de la Moria si vous décidez de poursuivre malgré tout.
- Dame Galadriel... Lothlórien... Moria..."

Héliodore les répéta plusieurs fois afin de voir s'ils déclenchaient un souvenir, mais rien ne vint. La tension accumulée depuis le début de l'entretien commençait à se dissiper. Elle avait retrouvé la piste qui la conduirait à son passé. Elle avait toujours peur, mais la détermination l'avait remporté.

Un sourire revint sur le visage d'Elrond.

"Vous êtes vraiment un peuple plein de surprise. Vous semblez fragile d'apparence mais vous cachez un courage bien plus grand que votre taille ne le laisse supposer. C'est une chance pour nous de vous avoir à nos côtés."

Héliodore sourit à sont tour. Rougissant à ce compliment.

"Peut être pouvez-vous répondre à une autre demande concernant mon passé ?" Questionna t'elle en reprenant contenance.
"Oui, quelle est elle ?" Il sembla quelque peu surpris.
"Je suis à la recherche de personnes avec qui je vivais avant. Je sais que certaines d'entre elles sont passés par Fondcombe. Peut être pouvez-vous m'indiquer où ils sont allés ensuite ?
- Par ces temps troublés, vous risquez de mauvaises nouvelles, mais, si vous me laissez quelques jours, je pourrai peut être vous renseigner.
- J'attendrai.
- Bien. Dans ce cas, je ne vous retiens pas plus longtemps. D'autant plus qu'un son m'indique qu'il doit être presque l'heure du repas."
Ajouta t'il innocemment.

Héliodore devint rouge pivoine en se levant, c'est son estomac qu'Elrond avait entendu protester.

"Je, je vais... vous laisser. Je vous remercie de m'avoir reçu et des nouvelles que vous m'avez donnés." Bafouilla t'elle.
"Je vous tiendrai informée de mes recherches." Répondit l'Elfe en s'inclinant pour cacher son amusement.

En sortant, elle fonça dans les cuisines. Toute cette tension lui avait ouvert l'appétit.

Revenir en haut Aller en bas
Heliodore
Francisque-à-Brèles
avatar

Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 17/01/2010

MessageSujet: Re: A la recherche du passé   Jeu 17 Fév 2011 - 16:03

Quatre jours après son entretien avec Elrond, Héliodore était en train de prendre une collation dans les cuisines de la demeure du Haut Elfe. Les cuisiniers étaient toujours fortement impressionnés par l'appétit des Hobbits de passage à Fondcombe. Elle finissait son quatrième lembas lorsque Glorfindel, l'apercevant, vint la rejoindre.

"Mae Govanen Dame Héliodore. Je pensais bien vous trouver en ce lieu à cette heure." Dit il, une pointe d'amusement dans la voix.
"Bien le bonjour à vous." Répondit elle en se levant. "Que me vaut le plaisir de votre visite ?" Une miette de pain elfique encore à la commissure des lèvres.
"Hum... Elrond m'avait chargé des recherches que vous lui aviez demandés d'effectuer concernant des proches à vous. Avec ce que vous nous avez fournis l'autre jour, j'ai pu trouver les renseignements que vous désiriez. Heu... Vous avez encore une miette...
- Ah, merci !"
Bredouilla t-elle confuse en s'essuyant la bouche avec sa serviette. Puis, en reprenant contenance. "Qu'avez vous pu trouver ? Prenez place, je vous en prie."

La table fut rapidement débarrassée.

"Je vous remercie." Dit-il en s'asseyant. "Pour la femme sentinelle du nom de Leofalwen, elle est effectivement passée plusieurs fois en Imladris. Lors de sont dernier séjour, nous avons appris que des troubles avaient cours dans la ville de Dale. Elle s'inquiétait pour sa famille et nous a quitté à ce moment là. Le dernier rapport reçu à ce jour indique que la situation est de nouveau calme là bas.
- C'est une valeureuse combattante, je ne me fais pas de soucis pour elle. Elle est donc retournée auprès de sa famille en Dale."


L'inquiétude d'Héliodore reflua aussi vite qu'elle était apparu.

"Cela nous a été plus simple pour Yvon. Ce chenapan, quand il n'était pas à bibliothèque, tourmentait les cuisiniers avec ces espiègleries. Nous avons dû redoubler de vigilance car il fouinait également un peu partout. Et nous ne pouvions le laisser découvrir des secrets qui ne lui était pas destiné."

Héliodore eu honte en entendant le comportement qu'avait eut Yvon.

"Et où est il en ce moment ?" Questionna t-elle pleine d'espoir.
"En fait, nous ne le savons pas. Mais nous supposons qu'il a accompagné Leofalwen, car il a disparu au moment de son départ pour Dale.
- Yvon à Dale ?"
Elle étais abasourdi. "Je savais qu'il avait un esprit aventureux, mais je n'aurais jamais pensé le voir partir pour là bas. Son intérêt pour les livres ne l'a donc pas retenu ici ?" Demanda t-elle.
"Nous lui avions interdit l'accès à certains, ce qui lui déplaisait. Il se vengeait en faisant des bêtises en cuisine je pense. Depuis, nous avons retrouvé une certaine sérénité au moment des repas."Répondit sobrement Glorfindel.

La Hobbit laissa échapper un petit gloussement au souvenir des repas passés naguère, quand elle habitait à Bree.

"Par contre" Reprit il. "Pour le Nain... Golori, nous avons perdu sa trace en Eregion. Il semble être passé par Mirobel mais... Les gardes de la porte d'entrée de la Moria, près d'Echad Dunan, affirment ne pas l'avoir vu les passer. Nos relations étant ce qu'elles sont, je vous suggère de les questionner directement."Glorfindel était mal à l'aise en avouant son impuissance à avoir des renseignements plus précis.

Héliodore resta quelques secondes silencieuse. Les informations rapportés, n'étaient pas aussi mauvaises qu'elle le redoutait. En face d'elle, l'Elfe attendait patiemment une réponse de sa part.

"Je vous remercie grandement des efforts que vous avez fournis pour me rassurer. Si certains ont malheureusement disparu ou sont parti, sans espoir de retour, pour une lointaine contrée. D'autres sont encore là, ou supposés l'être J'irais les visiter une fois ma mémoire totalement restaurée."

La détermination dans la voix d'Héliodore se levant, fit se dresser un sourcil de son interlocuteur qui quitta la table à son tour.

"Je dois retourner en Comté et en Bree régler quelques affaires pressantes. Je repasserai ensuite par ici pour me rendre en Moria, puis en Lothlórien où j'aurai, je l'espère, les réponses que j'attends.
- Je vais faire le nécessaire pour que, à votre prochaine visite, vous puissiez poursuivre sans délais votre voyage."
Répondit Glorfinfel en s'inclinant.
"Vous avez une nouvelle fois toute ma gratitude." Singea t-elle avant de quitter rapidement la pièce.

Elle pris le chemin de Bree dans l'heure, sous le regard d'Elrond qui se trouvait à la fenêtre de son bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Heliodore
Francisque-à-Brèles
avatar

Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 17/01/2010

MessageSujet: Re: A la recherche du passé   Sam 26 Fév 2011 - 17:24

Thineb était en train de discuter avec les autres capitaines de la Gardes. Manquant d'expérience, il écoutait avec une grande attention les conseils qu'on lui donnait, et riait aux plaisanteries que lui faisaient les autres. Une atmosphère conviviale régnait dans la salle commune au moment où une personne de petite taille entra. Elle se dirigea directement vers la cuisine, non sans répondre aimablement aux salutations lancés sur son passage. Thineb n'avait pas souvent rencontré des personnes du « petit peuple », mais il reconnaissait cette personne, il savait qui elle était. Sa présence à la Garde n'y était pas étrangère.
Prenant congés de ses compagnon, il prit la même direction d'un pas assez raide. S'arrêtant à la porte ouverte il se mit au garde à vous et annonça clairement :

« Capitaine Thineb VilavGudene, puis-je entrer Dame Héliodore ? »

La petite Hobbite, qui réapprovisionnait le garde manger commun de ses dernières pâtisseries encore tiède, se retourna, leva la tête et regarda l'homme avec curiosité.

« Capitaine Thineb VilavGudene... Voilà une présentation toute militaire ! Nous sommes dans la cuisine commune, vous n'avez pas besoin de ma permission pour entrer. Prenez une chaise, vous n'allez pas rester tout raide à la porte ? Je fini et je suis à vous. »

Pendant qu'elle terminait sa tâche, Thineb se détendit et pris place à la grande table. Il la regardait faire et voyait, à des coups d'œil furtif, qu'elle le surveillait également. Elle prit finalement place en face de lui et attendit silencieuse.

« Heu... J'ai un plis à vous remettre en main propre. Je l'ai reçu aujourd'hui même. » Dit-il en sortant de dessous son plastron une lettre cachetée. Elle la prit et regarda incrédule le sceau imprimé sur la cire du cachet.
« Je ne reconnaît pas les armoiries, de quelle famille sont elles ?
- Elles sont de la mienne, les VilavGudene de Dales. Ouvrez, les explications sont à l'intérieur. »


Héliodore ouvrit la lettre et commença sa lecture :

Très chère Héliodore,

Je suis très heureuse des dernières nouvelles que j'ai reçu récemment de Thineb, qui doit se trouver sans aucun doutes en face de toi au moment où tu me liras. Il m'a donc rapporté que tu avais retrouvé en partie la mémoire, et que tu faisais des recherches pour nous retrouver. C'est avec plaisir que je t'annonce que je vais bien et qu'Yvon est avec moi à Dale.

J'ai dû, il y a plusieurs mois, retourner auprès de ma famille car des troubles étaient en cours. Yvon m'a accompagné ne se plaisant plus à Fondcombe à ce moment là. Peut après le rétablissement de l'ordre, j'ai fait la connaissance d'un bel homme avec une bonne situation. Nous nous sommes plu et nous nous sommes mariés à la fin de l'été dernier. Il est seigneur dans la Garde de Dale et Thineb est un de ses frères. Ce dernier, entendant les aventures qui me sont arrivées avant de retourner à Dale, a eu envie de rejoindre la Garde des Dragons Noirs afin de sortir du traintrain de la vie ici.
Peut après son entrée à la Garde, il voulait te rencontrer mais n'avait oser en apprenant ce qu'il t'était arrivé. Il avait été catastrophé et m'en avait informé. Je dois dire que j'en fut très attristé en repensant aux bon moments passés ensemble à Bree. C'est vraiment terrible de perdre la mémoire. Mais il vaut mieux perdre la mémoire que la vie n'est-ce pas ? Et par ces temps troublés, c'est la seconde qui survient le plus souvent. J'ai également appris pour les autres, c'est vraiment domage.

Mais, bon c'est du passé et pensons plutôt à l'avenir qui, j'espère te sera radieux. Pour moi, il le sera sûrement car j'attends un heureux événement. Si c'est une fille, j'aimerai, avec ta permission, l'appeler Héliodore. Si c'est un garçon je doute que mon mari me laisse choisir. Il a des idées bien arrêtés sur les prénoms masculins, au grand dam d'Yvon. En parlant d'Yvon, comme nous n'avons pas l'occasion de voir souvent des Hobbits, il est souvent une attraction lors de ses sorties. Cette célébrité l'a un peu perturbé au début, mais il semble s'y être habitué. Il traîne souvent dans le râtelier de la caserne, ce qui ne plait pas beaucoup à l'intendant. Il se plaint souvent de la disparition d'une arme ou d'autre chose. Mais il les retrouves toujours un peu plus tard, jamais rangés à la même place. Cela apporte un peu d'animation.

Tu peux compter sur Thineb pour t'épauler au besoin. Il a un sens du devoir très développé, un peu trop parfois. N'hésites pas à le malmener s'il est trop envahissant, il ne t'en voudra pas.

J'espère que nous pourrons nous revoir prochainement, à Dale, à Bree ou en Conté, puisque c'est là ta nouvelle adresse.

Amitiés,

Leofalwen VilavGudene.


Une larme coula sur la joue d'Héliodore. Elle avait la confirmation qu'une partie des personnes avec qui elle avait vécu dans sa précédente vie étaient encore de ce monde, et en bonne santé. Thineb se racla la gorge et dit doucement.

« Je suis heureux de faire, officiellement, votre connaissance. J'espère pouvoir vous être utile, ainsi qu'à la Garde, comme vous l'êtes vous même.
- Moi de même capitaine. Je suppose que vous souhaitez également vivre sous mon toit ? »
Le questionna Héliodore.
« Si vous le permettez, ceci afin uniquement de remplir mon devoir ! »
Comme si je n'avait pas assez d'un chaperon ! Pensa t-elle. « Vous n'avez rien contre le fait de vivre dans un terrier ? » Ajouta t-elle innocemment en le jaugeant de la tête au pieds. Il est grand pour un Homme, il risque de se cogner au plafond !
« Un terrier ? » Répondit avec inquiétude Thineb. « Heu... Non, je ne pense pas... » Bredouilla t-il.
« Prenez vous affaires dans ce cas, nous partons pour la Comté dans l'heure. J'aimerai y être au plus tôt ! » Rétorqua Héliodore en se levant.
Thineb salua brièvement, en se levant à son tour, et alla rapidement chercher son paquetage dans la chambre qu'il occupait, jusqu'à présent, dans la maison de confrérie.

En le regardant disparaître dans le couloir, elle songea : Ces nouvelles me réchauffent le cœur. Il faut que je termine rapidement mes préparatifs avant de repartir pour Fondcombe. Je vais devoir leur trouver une occupation à tous les deux au moment de mon départ. Elle attendit patiemment le retour du capitaine, en mangeant une pomme, dans l'embrasure de la porte de la cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
Heliodore
Francisque-à-Brèles
avatar

Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 17/01/2010

MessageSujet: Re: A la recherche du passé   Lun 21 Mar 2011 - 17:27

Par un bel après midi ensoleillé, sur les berges du lac du miroir, paraissait une jeune hobbite. Elle s'était installée au bord de l'eau, et écoutait le bruit du vent tout en laissant le soleil réchauffer la peau de son visage. Elle appréciait ce moment de quiétude après avoir dû traverser, une nouvelle fois la Moria. Cela lui avait pris combien de temps ? Trois ? Quatre jours ? On perd la notion du temps quand on reste dans ces galeries sans voir la lumière extérieur. Elle avait profité de son passage pour faire des recherches sur le dernier compagnon disparu de sa précédente existence. Elrond avait perdu sa trace en Eregion mais, comme elle le pensait, il se trouvait bien dans la Moria. Elle frissonnât, le vent probablement. Elle se remémora les évènements qui l'avaient conduits jusqu'à ce lac, dont la tranquillité semblait n'être qu'apparence...

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Elle avait quitté Tornur et Thineb plusieurs jours auparavant, prétextant une mission urgente pour la Garde. Le capitaine n'avait pas fait de commentaire mais, au comportement du nain, elle senti que ce dernier était inquiet. Il avait visiblement envie de l'accompagner mais n'osait le lui demander. Elle savait qu'il lui fallait faire seule ce voyage, bien qu'elle aurait préféré le faire en sa compagnie. Elle était passé par Fondcombe où elle prit les dernières nouvelles de la région, et une lettre de recommandation au cas où on lui interdise l'entrée en Lothlórien. Puis elle se trouva devant l'entrée de la Moria, celle du lac noir. Les nains étaient vigilants car les eaux sombres devant la porte recelaient un danger sournois. Le Guetteur ne s'était pas remontré depuis, mais tous gardaient en mémoire sa dernière apparition. Des rumeurs disaient qu'il se trouvait ailleurs ou bien qu'il était mort, mais on ne voulait pas risquer de se faire surprendre s'il refaisait surface ici.

Les réponses évasives des gardes à l'entrée lui confirmèrent néanmoins que Golori était bien entré dans la Moria, mais que lui était il donc arrivé ensuite ? Ces recherches la menèrent jusque dans les profondeurs obscures de l'ancienne citée naine. Nombres de galeries sont encore infestés de gobelins et d'orcs qui ne veulent pas les rendre à leurs légitimes propriétaires. Sans compter les autres créatures, plus vieilles encore, qui se trouvaient déjà là avant que le premier nain ne décide de donner le premier coups de pioche dans la montage. Il faudra encore beaucoup d'efforts pour rendre sa splendeur à Khazad-Dûm.

C'est dans la fournaise de forges récemment remisent en service, au plus profond de la montagne, qu'elle le retrouva. Mais, après réflexion, il aurait mieux valu qu'elle ne réussisse pas. La personne qui se trouvait devant elle n'était plus le nain Golori qu'elle avait connu. La démence qu'elle lisait dans ces yeux fixant le métal en fusion sortant de la forge. La rage explosant dans les coups de marteaux portés sur la pièce posée sur l'enclume. Comment pouvait on changer à ce point ? Le contremaitre accepta de mauvaise grâce de lui expliquer ce qu'il était arrivé.

Peu de temps après son arrivée à Khazad-Dûm, il avait exprimé son désir d'aider ses frères à remettre en état les différentes forges, afin de relancer la production de métaux et d'armes pour assainir la montagne de toute la vermine la peuplant encore. La salle où se trouvait Héliodore avait été reprise, non sans mal, aux gobelins par les nains dont faisait partie le contremaitre et Golori. Ils s'étaient rapidement mis en devoir de refaire partir les fourneaux. Peu de temps après, une contre attaque inattendu des gobelins survint, ainsi que le plus ignoble des méfaits.

Ils avaient emmené avec eux deux trolls qui n'essayaient non pas d'écraser leurs ennemis mais de les projeter dans des forges en fonctionnement. En se remémorant la discutions Héliodore eut un haut le cœur. Plusieurs nains avaient péri dans d'atroces souffrances. Le contremaitre se rappelait dans la bataille que Golori était resté comme hébété en voyant cela. Puis il s'était pris la tête entre les mains et avait poussé un hurlement comme jamais un nain n'en avait entendu. Il avait chargé le troll le plus proche sans hésitation, au risque de se retrouver à son tour projeté dans les enfers, et lui avait défoncé le crâne à coups de marteaux. Voyant cela, les autres nains avaient repris courage et s'étaient occupé de l'autre troll. Les rares gobelins survivant avaient pris la fuite quand le second troll était tombé à terre. Avant de s 'évanouir, Golori avait dit : « J'ai réchappé à une attaque similaire il y a longtemps. Une grande partie du clan à été décimé ainsi. Ma tête à dû cogner contre une enclume et j'ai dévié de la trajectoire du fourneau. C'est ce qui m'a sans doute sauvé la vie ce jour là. Je ne m'en souvenais plus jusqu'à maintenant. Des souvenirs atroces me reviennent, je ne peux pas le supporter ! ». Depuis, il a sombré dans une sorte de folie. Il reste prostré dans un coin, c'est à peine s'il mange et boit quand il ne travaille pas. Quand il travaille, il est comme possédé par un démon. « Il est courageux et fait du bon ouvrage, alors on s'accommode de son humeur tant bien que mal. » Avoua le contremaitre.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Les ombres sur le sol commençaient à s'allonger, le soleil n'était plus aussi chaud que tout à l'heure. Une angoisse saisit Héliodore. Risquait elle de sombrer également dans la folie une fois les dernières pièces du puzzle de sa mémoire remis en place ? Elle fouilla dans son sac et entrepris de se restaurer. Elle trouvait du réconfort dans la confection et surtout dans l'ingestion de nourriture. Mais cela ne se voyait pas trop pensait-elle. Une fois rassasiée et rassurée, elle prit la direction de la Lothlórien que lui avait indiqué plus tôt un nain à la sortie de la Moria. Les gardes apparurent de nulle part peu après qu'elle eut passé la lisière de la Forêt d'Or. Il l'écoutèrent et inspectèrent la lettre de recommandation d'Elrond. Puis ils l'escortèrent vers Caras Galadhon, vers Dame Galadriel. L'espoir qui sommeillait au fond de son cœur refit peu a peu surface à mesure qu'elle progressait avec les Galadhrims.
Revenir en haut Aller en bas
Heliodore
Francisque-à-Brèles
avatar

Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 17/01/2010

MessageSujet: Re: A la recherche du passé   Dim 3 Avr 2011 - 13:43

L'aube était proche. Dans le jardin de Galadriel Héliodore attendait, assise sur un banc, la venue de la Haute Elfe. Elle avait été escortée depuis l'orée de la forêt, directement à Caras Galadon. Après une légère collation, on lui avait demandé de se rendre au jardin où elle patientait depuis des heures. Au début cette attente l'a mise au supplice, elle voulait en finir rapidement avec ces zones d'ombres qui obscurcissent sa mémoire et que Galadriel, elle en est persuadée, pourra dissiper. Puis, la nuit avançant, la quiétude du lieu lui permis de se calmer et d'attendre simplement. Elle en était presque arrivée à l'état d'esprit où l'on peut attendre indéfiniment, où l'on est en paix avec soit même et où l'on est tout ouvert à l'environnement qui nous entoure. Un visiteur serait étonné de voir une telle statue en ce lieux, tellement elle restait immobile.
Juste avant l'aube, Héliodore sentit qu'une personne se tenait devant elle et ouvrit les yeux. Une Elfe majestueuse se trouvait devant elle, un sourire chaleureux éclairait son visage.

« Mae Govanen Héliodore Charmevoix ! C'est un immense plaisir de vous revoir en Lothlòrien. »

La Hobbite se leva et fit la révérence.

« Dame Galadriel, je suis si heureuse de vous revoir. Je ne vous ai pas entendu arriver. Je vous attend dans ce jardin depuis des heures !
- Oui, veuillez pardonner mon retard, mais cette attente a t-elle été pénible ?
- Au début oui, mais juste avant votre arrivée je me sentais si bien qu'elle aurait pu durer jusqu'à ce que je me transforme en pierres. Mon esprit n'a jamais été aussi clair, mon cœur aussi serein.
- Bien ! Vous vous tenez là où je voulais que vous soyez. Votre destinée vous ramenait vers moi, je ne pensait pas si tôt tout de même après ce qu'il vous est arrivé. Vous voulez retrouver ce que vous avez perdu là bas je suppose ?
- Oui, que m'est il arrivé ? Je veux retrouver les morceaux de ma mémoire qui me manquent.
- Votre esprit est resté longtemps attaché au lieu où l'on vous a secouru. J'ai eu beaucoup de mal à le faire revenir et accepter à nouveau par votre corps. Si vous y retournez pour chercher ces dernières bribes qui semblent vous manquer, vous risquer de le perdre pour de bon !
- J'en suis consciente, mais sans ces bribes, je ne me sens pas complètement moi même. Je me sens une étrangère dans ce corps. »


Galadriel laissa le silence s'établir entre elles, puis déclara.

« Soit ! Vous allez regarder une nouvelle fois dans mon miroir. Ses visions vous aideront peut être ? »

La petite Hobbite se dirigea vers le « miroir » et, après une hésitation, regarda dedans.
Elle vit tout d'abord une forêt sombre et lugubre, une immense tour noire. Son sang se glaça et une douleur lancinante se réveilla dans son crâne à la vue de la tour. Puis ce fut des images de la Comté et de la Garde, des images chaleureuses. La douleur s'estompa. Enfin le chaos des dernières images la laissa perplexe. Elle revit brièvement la tour noire, puis la Comté dévastée, le blason de la Garde cassé en deux. Ensuite une forêt enneigée, des montagnes, une table pleine de victuailles, et d'autres images dont elle ne saisit pas la signification. Pâle, une main au front, elle se détourna et regarda la Haute Elfe qui se tenait à côté, le visage impassible.

« C'est cette tour, je crois qu'elle est la clef de tout. Mais où se trouve t-elle ?
- Ce sera la dernière fois que je vous pose la question. Désirez-vous réellement le savoir ? Désirez vous réellement risquer la vie que vous menez actuellement pour un passer qui pourrai vous détruire définitivement, ainsi que tout ceux que vous aimez ? »

Héliodore ferma les yeux, dégluti difficilement. Mais quand elle répondit son regard avait la dureté de l'acier. « Oui ! »
Galadriel lui sourit en retour. « Où cachez-vous cette grande force ? Certains, deux fois plus grand que vous en taille, n'en possède même pas la moitié. La tour que vous désirez rejoindre se nome Dol-Guldur en Forêt Noire.
- Dol-Guldur en Forêt Noire... »
La douleur dans le crâne de la ménestrel se fit de nouveau ressentir, plus vive que jamais. Elle se retint de porter les mains à sa tête mais son visage ne put réprimer une grimace. « Je vais donc devoir m'y rendre et, advienne que pourra.
- Dans ce cas, Je vais vous indiquer le chemin jusqu'à Emyn Lûm. Cette forêt est très dangereuse, il n'est pas bon de s'y aventurer seule. Ensuite, si vous surmontez l'épreuve et qu'il vous reste un peu de raison, revenez me voir.
- Je n'y manquerai pas. »

Un grondement se fit entendre. L'Elfe regarda malicieusement la petite Hobbite qui était devenu subitement rouge tomate. « Je pense qu'il est l'heure de nous restaurer. Je ne voudrai pas que l'on médise de l'hospitalité des Galadhrims ! Venez, vous pourrez vous préparer après cet indispensable repas. »
Héliodore la suivit, un peu honteuse que son estomac fut si bruyant au petit matin. Après cette nuit d'attente, son appétit était grand et, peut être qu'en mangeant un peu, elle calmerai cette migraine.
Dol Guldur ! Le dernier acte allait commencer, la boucle être bouclée. Son objectif se dressait devant elle, noir, terrifiant. Elle allait l'affronter et se jura d'en revenir victorieuse. Mais elle avait trop faim pour l'instant !
Revenir en haut Aller en bas
Heliodore
Francisque-à-Brèles
avatar

Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 17/01/2010

MessageSujet: Re: A la recherche du passé   Sam 9 Avr 2011 - 12:33

Petit matin pluvieux à l'Auberge Hantée. Parmi les Malledhrims en train de prendre leur repas, une personne de petite taille fait de même dans un recoin de la salle. Elle écrit dans un petit carnet, un bol de potage et une tisane encore fumants à ses côtés.

… Depuis que j'ai pénétré dans cette sombre forêt, je me demande si j'ai vraiment raison. Une migraine persistante m'étreint la tête. Je ne doute pas que la présence maléfique de cette tour n'y est pas étrangère, mais... N'est-ce pas mon inconscient qui me met en garde sur la folie que je suis en train de commettre ? La douleur croit en intensité chaque jour, la tisane que je me prépare fait de moins en moins effet.
J'ai encore fait ce cauchemar. J'ai encore dans les oreilles ces hurlements sinistres pendant que je m'enfuis. Dans les yeux ces sortes d'éclairs blanc derrière moi. Et cette terreur... Jamais, je pense, n'avoir eu aussi peur. Quand je me réveille, je me demande si le cauchemar est bien terminé, ou si je suis encore dedans. Je dois me rendre au pied de cette tour, à l'endroit où l'on m'a retrouvé agonisante. Je dois trouver un indice sur ce qu'il m'est arrivé, même si plusieurs mois se sont écoulés.


Une conversation entre deux Elfes à la table voisine retint son attention. Elle prit son bol de potage tout en les écoutant.

«  Vous ne l'avez toujours pas attrapé ?
- Non. Et ce n'est pas faute d'essayer !
- Depuis tout ce temps ?
- A chaque fois il réussit à prendre l'un d'entre nous. Nous sommes pourtant extrêmement prudent, mais il est très malin et de plus en plus vicieux. Quand il est apparu, il y a plusieurs mois, il se contentait de jouer un peu avec ses victimes. On en a retrouvé plusieurs encore en vie. Maintenant il les mutiles atrocement, les décapitant systématiquement. On sent qu'il y a prit goût.
- Comment un monstre pareil a pu naître ?
- Je ne sais pas mais, quand il a choisi sa proie, il pousse un long hurlement. La seule chose que l'on voit ensuite, c'est comme un éclair blanc qui file à toute vitesse ! Nous avons à peine le temps de bander nos arcs qu'il a déjà disparu. Le plus souvent avec sa victime terrorisée.
- Vous ne le voyez donc jamais arriver ?
- Non, il vient dans notre dos invariablement. Nous n'arrivons pas à le pister, mais quand on le trouve, c'est pour avoir la désagréable surprise qu'il nous attendait tranquillement à l'endroit où il voulait que l'on soit.
- Cet ouargue blanc, faut vraiment que l'on s'en débarrasse ! Sinon l'avantage que l'on a actuellement sur les forces de Gorothul va être perdu ! »


Le temps s'était arrêté pour Héliodore. Son cauchemar avait prit vie en les écoutant. La terreur menaçait de la submerger. Un Nain semblait avoir prit sa tête pour une enclume et la frappait de toute ses forces. Elle entendait maintenant distinctement ce long hurlement vieux de plusieurs mois. Elle sentait cette haleine fétide sur son visage. Elle voyait ces deux yeux rouges la fixant de toute leur malveillance et leur haine.
LUI ! C'était LUI ! Elle se souvenait à présent. Elle se trouvait au pied de Dol Guldur quand cet ouargue blanc lui avait sauté dessus, venant de nulle part. Il l'avait manqué de peu, lui laissant le temps de s 'échapper un temps. Mais il l'avait rattrapée et terrassée. Elle n'avait rien pu faire. La soudaineté et la violence de l'attaque l'avait ébranlée. Elle s'était défendu avec l'énergie du désespoir mais cela n'avait pas suffit. La douleur incommensurable des crocs et des griffes meurtrissant ses chairs lui revint également en mémoire.

Le bol de potage tomba bruyamment sur le sol de l'auberge. La Ménestrel bascula du banc. Les ténèbres se refermèrent sur elle, sous le regard surpris et inquiet des autres personnes attablés ce matin là.
Revenir en haut Aller en bas
Heliodore
Francisque-à-Brèles
avatar

Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 17/01/2010

MessageSujet: Re: A la recherche du passé   Jeu 14 Avr 2011 - 13:08

Quelque part en Forêt Noire, la pluie tombe depuis le matin.

Une créature, à la démarche un peu hésitante, progresse en direction de la forteresse du Nécromancien. Après s'être assurée de la tranquillité des alentours, elle s'arrête à l'abri d'un rocher et ôte la capuche de sa cape alourdie par l'humidité. Elle mange un peu de pain Elfique, grimaçant à chaque bouchée. Sa joue gauche, déjà marquée par une vilaine cicatrice, s'orne à présent d'une rougeur qui n'est pas due uniquement aux efforts déployés pour venir jusqu'ici. Il aurait pu mettre moins d'entrain dans sa gifle ! Pensa Héliodore. Il a failli me décrocher la mâchoire !
Le Malledhrim qui avait porté la main sur elle ce matin à l'auberge, lui avait avoué qu'il ne connaissait pas d'autre moyen au moment où elle sombrait dans le néant. Il l'avait reconnu, l'ayant retrouvée presque morte il y a plusieurs mois de cela au pied de Dol Guldur. Il attendait la fin du repas pour l'aborder quand elle se figea et bascula du banc où elle était assise. Se portant immédiatement à son secours, il l'avait trouvé, les yeux et la bouche grand ouvert, comme pétrifiée dans une terreur inimaginable. Il l'avait alors frappé violemment au visage sachant que s'il attendait trop longtemps, l'esprit de la petite Hobbite risquait de ne plus pouvoir revenir, ou alors incomplet voire complètement dérangé. Il avait déjà été témoins de ce genre de réaction chez les personnes victimes d'un grand traumatisme. Il voulait prévenir la petite ménestrel du danger qu'il y avait à revenir seule sur les lieux de son « accident ».
Au moins, ma migraine semble s'être calmée. Je vais avoir une belle marque sur le visage encore quelques jours. Elle prit une nouvelle bouchée et mastiqua lentement. C'est douloureux pour manger mais heureusement pas trop pour chanter. S'il n'avait pas été là, je n'ose imaginer ce qu'il me serait arrivé. Elle frissonna. Il a été dur à convaincre de me laisser continuer seule.
Son frugal repas terminé, Héliodore remit sa capuche et reprit sa progression vers le théâtre du futur affrontement entre elle et cet ouargue blanc. Il aurait dû achever son travail la première fois. Je ne vais pas me laisser surprendre une seconde. Quand je le trouverai, il y aura un vainqueur. Et ce sera moi ! Elle serra les poings. Ce n'est plus très loin je pense.

Dans le bruissement de la pluie, la petite Hobbite continue son pénible cheminement, inconsciente de la surveillance dont elle fait l'objet depuis qu'elle s' est remise en route.
Revenir en haut Aller en bas
Heliodore
Francisque-à-Brèles
avatar

Nombre de messages : 402
Date d'inscription : 17/01/2010

MessageSujet: Re: A la recherche du passé   Mer 20 Avr 2011 - 11:45

Cela fait plusieurs jour que la pluie tombe sans discontinuer sur la Forêt Noire. Une pluie fine et pénétrante, qui trempe les aventuriers au bout de quelques heures de marche. A deux pas des murailles de la forteresse de Dol Guldur, une grande dépression dans le sol porte les traces d'un âpre combat. On y distingue deux corps, immobiles. La différence de gabarit entre eux laisse présager de l'issue. Pourtant, ce n'est pas l'énorme masse de muscles et de poils blanc tâchés de sang, couchée sur le flanc, que l'on voit remuer faiblement.

« J'ai bien cru y passer cette fois pour de bon ! Eh ! Vous là bas ! Sortez de votre cachette que je vous vois un peu ! » Croassa Héliodore. La petite Hobbite était finalement sortie vainqueur de son combat contre l'ouargue blanc qui l'avait laissé pour morte la première fois qu'elle avait croisé son chemin. Ce même ouargue qui mettait les Malledhrims à rude épreuve depuis par sa malveillance, sa ruse et sa cruauté. Et c'est un Elfe de cette faction, sortant de l'ombre d'un arbre à proximité, qui la rejoignit.
« Ah ! Je m'en doutais un peu, vous me suivez depuis l'auberge l'autre jour ? » L'intéressé sourit.
« Je pensais avoir été suffisamment discret jusqu'ici pour ne pas trahir ma présence.
- Je ne m'en suis aperçu qu'à quelques détails. Je vous avais pourtant demandé de ne pas m'accompagner. »
Le gronda t-elle. « Mais heureusement que vous avez crié tout à l'heure, il m'aurait sauté dans le dos avant que je ne puisse réagir. » Héliodore grimaça en bougeant le bras.
« C'est ainsi qu'il procédait, je vous en avait parlé il me semble. Vous partiez au devant d'une mort certaine en refusant mon aide.
- Vous avez alors décidé de me suivre à distance et ainsi me laissez jouer le rôle de l'appât ?
- C'était risqué je l'avoue, il aurait très bien pu flairer le piège, me prendre pour cible d'abord et m'éliminer discrètement. Il se serait tranquillement occupé de vous ensuite.
- Et nos deux dépouilles reposeraient dans la boue de la Forêt Noir au lieu de la sienne en ce moment. »
Nouvelle grimace alors qu'elle essaye de se lever de la pierre contre laquelle elle est adossée.
« Je suis toute meurtrie, il m'a vraiment obligé à tout donner contre lui. Je n'ai presque plus de voix, des cordes à ma harpe sont rompus et mes vêtements sont dans un état, que même un gobelin n'en voudrait pour s'essuyer les pieds ! Mais mon gourdin a tenu le coups ! »
Deux rires éclatèrent simultanément, l'un un peu plus rauque que l'autre.
« Vu le nombre de flèches plantées dans ce maudit animal, je suis étonnée de ne pas en avoir actuellement une plantée entre les omoplates. » Ajouta Héliodore après avoir reprit son souffle, coupé par la douleur déclenchée par son rire.
« Oui, il a été délicat de ne pas vous toucher par mes traits. Vous étiez constamment en mouvement.
- Cela vous aurait facilité la tâche si vous m'aviez rejointe au lieu de rester à couvert des arbres.
- Je suis moins efficace au corps à corps. En restant hors de sa vue je pouvais utiliser pleinement mon arc, l'obligeant à focaliser son attention sur vous.
- Au risque d'y perdre un bras ou une jambe ! Merci.
- Vous êtes toujours en vie. »
Plaisanta t-il « Votre vengeance est elle assouvie ? »
La petite Hobbite leva la tête et regarda l'Elfe dans les yeux.
« Ce n'était pas une vengeance, mais je devais me mesurer à lui pour retrouver ce que j'avais perdu ici.
- Et qu'était est-ce ? L'avez vous retrouvé ? »
Il semblait curieux de l'apprendre.
« J'avais perdu toute confiance en moi. Je cherchais pourquoi j'avais eu droit à une deuxième chance. Même après avoir recouvré tout mes souvenirs, j'avais ce vide en moi. » Les yeux d'Héliodore se perdirent dans le vague.
« L'avez-vous retrouvé ? » Insista le Malledhrim.
« Pour ce qui est de la confiance, je pense que oui. Pour la culpabilité, je réserve encore mon jugement. » Avoua la ménestrel. « C'est atroce ! Je souffre le martyr ! J'ai l'impression qu'un troupeau d'aurochs m'est passé dessus ! J'aurais préféré qu'il me tue plutôt ! » La nouvelle tentative qu'elle fit pour se lever lui arracha un long gémissement. Des larmes coulèrent sur ses joues, maculées de sang et de boue. Il la rattrapa avant qu'elle ne chusse lourdement au sol.
« Vous êtes gravement blessée mais bien moins que lorsque je vous ai découverte la première fois. Votre état était alors désespéré, vous respiriez à peine et les mots que vous prononciez étaient inintelligibles. Je vous avais ramenée à Ost Galhad pensant que vous ne passeriez la nuit. Je ne pouvais me résoudre à vous laissez mourir seule dans cette forêt. La braise qui demeurait en vous ne voulait pas s'éteindre semble t-il.
- Oui bien la braise est pour le moment frigorifiée et ne tient pas seule sur ses pieds ! Je crains que vous ne deviez me porter à nouveau assistance. »
Dit elle doucement en frissonnant, pas seulement au souvenir de cet évènement. « Je ne vais pas pouvoir rallier Ost Galhad par mes propres moyen.
- Je serait honoré de vous y transporter. »
Répondit il en s'inclinant. « Vous nous avez enlevé une belle épine du pied en abattant ce monstre.
- Vous avez aussi participé il me semble, non ? »
Rétorqua t-elle en clignant de son œil le moins enflé.
« Mais vous avez fait le plus gros du travail. » Répondit l'Elfe gravement.
« Et voilà le résulta ! » Fit Héliodore considérant son piteux état. « Je suis bonne pour rester alité plusieurs jours, et mon équipement à également besoin d'être renouvelé.
- N'ayez crainte, je veillerais sur vous et m'occuperai de l'intendance.
- C'est le moins que vous puissiez faire ! »

Des rires sonores se firent à nouveau entendre en cet endroit où la mort n'est jamais très loin.

Peu après, le soleil finit par percer la couche nuageuse, faisant s'arrêter la pluie au plus grand bonheur du porteur et de sa blessée.
« Qu'allez-vous faire une fois remise sur pieds ?
- Je dois retourner voir Dame Galadriel, en Lothlórien. Je pense qu'elle va me demander de rejoindre au plus vite la Garde des Dragons Noirs. Je les ai trop longtemps laissés à l'écart pour accomplir ma quête personnelle. D'autant que j'ai à la maison deux « mères poules » qui doivent se faire un sang d'encre, et qui m'ont certainement vidé tout le garde manger. »
Murmura la petite Hobbite.
« Je suis rassuré, vous avez un endroit où rentrer et des proches à retrouver. Et arrêtez de culpabiliser, ce n'est pas bon.
- J'essayerai... »

Héliodore s'endormit, bercée par la démarche souple du Malledhrim qui, une fois encore, l'emportait vers Ost Galhad.


[HDP]

Voilà, ce sera le dernier post sur le sujet. J'espère que je ne vous ai pas trop ennuyé par cette (longue) histoire. Je me suis pris au jeu et j'ai brodé au fur et a mesure. Smile Veuillez pardonner également sa construction un peu bancale et très inégale. Je lis énormément, mais écrire est une autre paire de manches... arghh
Revenir en haut Aller en bas
jakobi
Maître bijoutier
avatar

Nombre de messages : 1365
Age : 69
Date d'inscription : 05/01/2007

MessageSujet: Re: A la recherche du passé   Mer 20 Avr 2011 - 12:01

hrp/ Merci pour ce récit qui a permis de suivre la saga d'Héliodore à travers toute la Terre du Milieu.
Une façon fort sympathique de voir les péripéties de son évolution jusqu'au cercle des grandes aventurières.
bravo
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la recherche du passé   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la recherche du passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A la recherche du passé.
» A la recherche du passé perdu le 25/07 & 08/08 [Partie Annulée]
» A la recherche du temps passé |PV|
» [Recherche] Technic 8292: l'élévateur à nacelle
» [Recherches] Recherche Bionicle 8942 Jetrax T6.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
la Garde des Dragons Noirs :: LES JEUX OU NOUS SOMMES :: [F2P] Le Seigneur Des Anneaux Online :: Tranches de vie-
Sauter vers:  


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Jeux | Autres jeux Internet