la Garde des Dragons Noirs

Communauté de joueurs de mmorpg
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Anésidora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kalean

avatar

Nombre de messages : 137
Age : 38
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: L'Anésidora   Mer 4 Aoû 2010 - 11:55

Dame Melyanna possédait un trésor. Tapi au cœur de sa chambre de veuve, parmi les meubles vieillots et les tentures fanées, dormait un coffre ancien. Ce coffre, massif et sans fioritures, était en bois sombre, et demeurait blotti paresseusement au pied d'un lit à baldaquin. Il renfermait la collection d'étoffe la plus remarquable du pays de Bree : des merveilles de soieries glanées tout au long d'une vie énigmatique et trépidante. On y trouvait des voiles légers comme un souffle d'air en été, des carrés de tissu délicats brochés d'or et d'argent, des textiles moirés au doux chatoiement de nacre, de radieuses étoffes elfiques aux reflets de lune, et bien d'autres splendeurs encore...

La collection de dame Melyanna était pour ainsi dire inestimable, car elle rassemblait les chefs-d'œuvre de maitre-artisans ayant acquis la plus haute renommée, des ouvrages issus de techniques ancestrales et dont le savoir était parfois perdu à jamais. Chacune de ces pièces d'étoffe dissimulait une histoire fascinante, qu'elle soit le legs d'une dynastie prestigieuse au destin tourmenté, ou bien l'héritage de quelque contrée fabuleuse dont le nom hante encore nos légendes...
Qui aurait imaginé trouver tant de merveilles dans ce vieux coffre usé par le temps, au cœur de cette chambre maussade et poussiéreuse ?

Pour les habitants de la région, Dame Melyanna n'était qu'une vieille femme sèche et austère, qui se languissait dans une demeure vide et décrépie. Seuls les plus anciens se souvenaient de la radieuse femme blonde de jadis, idole dont la beauté froide cachait un tempérament de feu, comme la glace recouvre un volcan. La soif d'aventure qui avait consumé sa jeunesse ne l'avait jamais vraiment quitté, même après la mort de son fidèle compagnon. Son ardeur s'était seulement muée petit à petit en un désir sourd et lancinant, que les années écoulées avaient enfoui au plus profond, sans jamais parvenir à l'étouffer. Jamais la Dame n'aurait imaginé qu'un tel feu à l'agonie sous les cendres de sa vie puisse s'embraser de nouveau, et pourtant...

C'est un soir d'éclipse de lune que tout a commencé. L'astre des loups, rongé par la nuit, capitulait peu à peu face aux forces de l'obscurité. Son disque blafard, terni comme un vieux miroir d'argent, s'effaçait lentement du ciel des hommes. Un voile inquiétant s'épandait alors sur la Terre du Milieu, tandis que les pâles rayons de lune agonisaient inexorablement.
Subrepticement était venue l'heure où les enfants tremblaient blottis sous leurs couvertures, l'heure où les superstitieux se terraient dans leurs demeures en retenant leur souffle, et l'heure où les plus inquiétantes créatures s'éveillaient.

Dans la pénombre de sa chambre, Dame Melyanna contemplait, mélancolique, ses sublimes soieries elfiques : l'éclat de ces étoffes s'affadissait tout comme l'astre dont elles reflétaient la splendeur. Elle repensait alors à sa propre beauté, que le temps avait emporté sans espoir de retour. Cette beauté froide et radieuse, pareille à l'astre de la nuit, avait fait sa renommée dans tous les pays qu'elle avait arpenté. Ô combien de portes de riches palais s'étaient ouvertes, ô combien d'habiles négociateurs finirent par s'incliner, vaincus par le charme et la finesse de ses traits. Sa longue chevelure de soie dorée, ses yeux d'un bleu aussi pur que des lacs de montagne, ses lèvres fraiches comme des pétales de rose, et sa peau d'un blanc laiteux surpassaient en grâce tous les bijoux, toutes les parures dont les femmes orgueilleuses aiment à s'orner.

Malheureusement cette splendeur passée n'était plus qu'un souvenir, et les saisons avaient creusé, impitoyablement, sillon après sillon sur cette peau jadis ferme et lisse. L'or de ses cheveux fut dérobé sans scrupule par des hivers de solitude, laissant place à une crinière blanche et terne, tombant sans faste sur de frêles épaules émaciées. Ses lèvres semblaient fanées à jamais, mortes de sècheresse à ne plus connaître l'humidité d'un baiser. Seul le bleu cristallin de son regard rappelait la femme qu'elle avait été, mais ses yeux n'avaient plus rien de ces lacs où l'on aurait aimé plonger nu et s'abandonner. Non. Ses yeux n'étaient plus que deux lames froides et menaçantes, forgées par des années d'amertume.

Le regard perdu dans le vague, Dame Melyanna dialoguait avec les ombres de son défunt mari, dispersées dans la pièce comme autant de souvenirs insaisissables. Elle lui demandait pourquoi tout lui avait été dérobé, pourquoi rien ne lui avait été épargné. Ses précieuses soieries étaient tout ce qui lui restait de son glorieux passé, tout ce que le temps n'avait su lui arracher. La Dame ne s'était jamais résignée à les céder, malgré tous les revers de fortune. Cette collection lui rappelait trop cette époque tumultueuse où l'aventure étaient l'essence de la vie même. S'en défaire aurait été comme renoncer à l'existence, capituler face au spectre de la mort. Toutefois, elle était bien loin de se douter du sort que le destin leur réservait, ni du fait que leur perte sonnerait comme la promesse d'un jour nouveau.

Tandis que la Dame replaçait les étoffes dans leur coffre, la lune abdiquait ses derniers rayons. Vaincue par les ténèbres, elle n'était plus qu'un stigmate à la couleur de sang, épinglée sur la voute du ciel. Elle était devenue l'ombre de sa soeur Lilith, la lune noire hantant l'heure la plus sinistre de la nuit. La Dame ressenti soudain un frisson d'effroi remonter le long de son dos et hérisser les fins cheveux de sa nuque, comme si la mort en personne était venue lui prodiguer une ultime caresse.

- « Maudite sois-tu, vieillesse!... Ce n'est pas ce soir que je cèderai... Crois-tu que je vais laisser le froid m'envahir sans me battre ?!... » dit-elle en refermant le coffre.

- « Ah si je pouvais comme la lune, retrouver mon éclat perdu... » soupira-t-elle, en donnant un tour de clef. « Je donnerai tout pour être belle et radieuse à nouveau... »

Sur ces paroles de désespoir, un étrange phénomène se produisit. Une lueur mystérieuse se mit à filtrer de la serrure et des jointures du coffre, comme si ce dernier avait capturé en son sein les rayons égarés par la lune, ou renfermait quelque prodige que l'imagination ne saurait nommer. Dame Melyanna tourna la clef à nouveau afin de rouvrir le coffre, mais dès que ce dernier fut entrouvert, l'étrange lueur se dissipa aussi vite qu'un lièvre prend la fuite. Elle constata alors avec stupeur que toutes les soieries avaient disparu, laissant place à un vide béant et sombre qui la laissa figée d'incompréhension. L'angoisse commença à l'étreindre, tandis qu'elle se demandait quelle forme de sorcellerie avait pu avaler ainsi tout ce qui lui restait de cher au monde. Puis la Dame repensa à ses dernières paroles, au voeu qu'elle avait formulé...

Tandis qu'un pâle croissant d'argent annonçait la fin de l'éclipse, une clarté nouvelle s'installa peu à peu dans la chambre de la Dame. Une forme indistincte, tout au fond du coffre, se mit alors à scintiller en réponse aux rayons distillés par la lune renaissante. Oui, Dame Melyanna possédait un trésor. Tapi au cœur de sa chambre de veuve, parmi les meubles vieillots et les tentures fanées, dormait un coffre ancien. Ce coffre, massif et sans fioritures, était un artefact oublié au pouvoir étrange. Il était l'Anésidora, le coffre qui exauce les voeux.

************
[HRP] La suite >>> ici <<< Smile

Voici donc un début de BG pour introduire mes futurs personnages.
Veuillez excuser les fautes ou accents manquants, pas évident d'écrire avec un clavier anglophone... Smile
Je ne me sens pas encore tout a fait a l'aise pour le RP dans le monde de Tolkien, meme si j'ai lu le SdA... c'est un monde si riche et rempli de details. N'hésitez pas a me signaler les erreurs ou incoherences.
Tous les commentaires seront bienvenus et appreciés Smile
[/HRP]


Dernière édition par Kalean le Ven 27 Aoû 2010 - 7:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nini
Floudeuse professionnelle
avatar

Nombre de messages : 1568
Age : 64
Date d'inscription : 28/05/2010

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Mer 4 Aoû 2010 - 12:12

(hrp) J'avoue que j'attends la suite avec tout un tas d'impatience. Et pour le RP....Je le trouve parfait Smile Perso...Je ne connais absolument pas du tout le monde de Tolkien...mais alors rien de rien et je suis totalement dans l'inconnu...Je voudrais bien faire des textes RP, mais je suis incapable de mettre un mot devant l'autre à cause justement de mon ignorance du monde Lotro. En tout cas un tout grand bravo ;bisous).
Revenir en haut Aller en bas
Cynedra
Brindille (Kurutani)
avatar

Nombre de messages : 2956
Age : 45
Date d'inscription : 13/03/2005

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Ven 20 Aoû 2010 - 14:10

hrp/

Bravo, superbe texte, un vrai plaisir à lire Smile

=======================================================================
Will.

Aka.... Kurutani, Cynedra, Dwilek, Kanaa, Dweelan, Myrniel, Cynned, Glyneth, ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dragonsnoirs.net
Kalean

avatar

Nombre de messages : 137
Age : 38
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Sam 21 Aoû 2010 - 2:35

Cynedra a écrit:
hrp/

Bravo, superbe texte, un vrai plaisir à lire Smile

[HRP]
Merci Cynedra (ainsi que Keziah et tout ceux qui ont lu ce texte)
La suite est en cours d'écriture, avec un peu de retard car j'ai pas mal été occupé dernierement... mais ca va venir ^^
[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Kalean

avatar

Nombre de messages : 137
Age : 38
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Jeu 26 Aoû 2010 - 12:00

Peu nombreux furent ceux qui s'émurent à la nouvelle de la mort de Dame Melyanna. Les circonstances exactes de son décès étaient restées floues. Une rumeur racontait qu'elle serait morte dans son sommeil, et qu'un vague parent l'aurait retrouvée dans son lit, sèche comme une momie. Elle aurait été enterrée sans grande pompe, au pied d'un vieux chêne de son jardin, selon ses volontés. Seule la famille fut autorisée à participer à la cérémonie, dans la plus grande discrétion. D'ailleurs personne à Bree n'aurait su dire quel jour le service avait eu lieu, ni combien de personnes étaient présentes, tant cette famille était secrète. Les officiels de la ville ne cherchèrent pas à s'en mêler. L'aura de mystère qui entourait la Dame avait éveillé leur méfiance depuis des années. On la disait maudite...

La maison fut léguée à une de ses petites nièces, Anna, une ravissante jeune femme originaire de quelque province du nord, et qui profita de l'occasion pour venir s'installer à Bree. En quelques temps, la bâtisse de sa grande-tante fut retapée. Le toit fut restauré et les fenêtres changées, l'ensemble agrémenté de réparations diverses et d'une couche de peinture qui lui donnèrent une seconde jeunesse. Les ouvriers du coin, qui d'ordinaire auraient rechigné à travailler dans cette propriété lugubre, furent séduits par la fraicheur de la jeune femme, et avaient mis du cœur à l'ouvrage. Progressivement les vieilles superstitions furent oubliées, et la demeure d'Anna devint un lieu convivial et chaleureux.

La jeune femme n'avait pas eu besoin de beaucoup de temps pour se faire un nom et s'intégrer. Très vite elle était devenue la coqueluche des soirées mondaines, et les fêtes qu'elle organisait dans sa nouvelle demeure devinrent incontournable pour l'élite de la région. On y débâtait de sujets politiques ou ésotériques, tout en fumant les meilleures herbes à pipe issues des contrées hobittes. On y dansait sur les mélodies de ménestrels réputés, et on y goutait les mets des plus fins cuisiniers. Le clou de ces soirées était généralement la présentation de cadeaux somptueux offerts par de riches admirateurs, qui rivalisaient d'audace de semaine en semaine, à la grande stupéfaction des invités.

La jeune Anna vivait entourée de prétendants, et ne manqua pas de les faire rivaliser avant de porter son choix définitif. Une fois qu'elle fut lasse des cadeaux et des invitations, elle concéda sa main au fringant Esildor de Boissombre, un jeune capitaine issu de la petite noblesse. Leur somptueux mariage resta gravé dans les mémoires ; on y vit s'ébattre la fine fleur de la région, et certains étaient venu de très loin pour y assister. Nombreux furent aussi les amoureux éconduits qui noyèrent leur déception dans l'alcool, ce jour là. Car Anna avait ce pouvoir, celui de faire tourner les têtes et s'emballer les cœurs. Tout semblait lui sourire... jusqu'au jour où un sombre nuage vint obscurcir le bleu de son ciel.

Alors qu'ils rentraient à peine de leur voyage de noces, Esildor entraina avec frénésie sa jeune épouse dans la grande chambre de la demeure. Anna constata avec surprise que tout le mobilier avait été remplacé, et la chambre redécorée avec goût. Esildor avait fait venir un assortiment de meubles raffinés depuis sa résidence familiale, de quoi donner un certain cachet à la pièce qui allait être le cœur de leur vie matrimoniale. C'était aussi une façon pour lui d'apporter sa touche personnelle, d'imposer sa marque dans la demeure d'Anna, cette dernière ayant refusé de venir s'installer dans le domaine de sa belle-famille.

Une fois passée l'euphorie suscitée par cette vision de grand luxe, Anna commença à sembler soucieuse. Elle interrogea son époux sur le sort réservé à ses anciens meubles, d'un ton inquiet. Il tenta alors de la rassurer en lui affirmant que tout avait été rangé avec soin sous les combles. C'est avec empressement que la sylphide se glissa dans les étages afin de vérifier les dires de son mari. Elle chercha avec frénésie dans tout le grenier, jetant à terre les vieux draps qui recouvraient les meubles, pour finir par s'effondrer en pleurant. Esildor ne comprenait pas le désarroi de sa jeune épouse, il la prit dans ses bras en lui demandant ce qui la chagrinait ainsi.

- " Mon coffre !... Où est mon coffre ? " interrogea-t-elle d'une voix tremblante.

Esildor ne sut que répondre, il avait pourtant ordonné à ses domestiques de tout entreposer au même endroit, en prenant garde de ne rien égarer.

- " Qu'importe ce vieux coffre, ma douce... je vous en offrirai de mille fois plus somptueux..."

- " Mais vous ne comprenez pas... C'est un coffre très ancien... Sa valeur est inestimable..." soupira-t-elle avant de fondre en sanglots.

La mâchoire d'Esildor se crispa lorsqu'il réalisa l'impair qu'il avait commis. Il avait pourtant pleinement confiance en ses serviteurs...
Il fit quérir Arlor, le chef des domestiques, afin de dénouer cette affaire. Ce dernier n'était pas au courant de la disparition du coffre, et se confondit en excuses, visiblement embarrassé. Il ne lui fallu qu'un battement de cil pour faire le rapprochement avec Erlkan, un des ouvriers qui avait retapé la bâtisse, et qui ensuite fut embauché par Anna comme jardinier. C'était le seul à ne pas être directement au service d'Esildor, et dont Arlor n'avait pu consulter les références. Juste après le déménagement, ce dernier avait prétexté une tragédie familiale pour s'absenter quelques jours, et personne ne l'avais jamais revu...

Esildor maugréa à l'idée qu'un tel rustre puisse avoir entaché ainsi les débuts de sa vie conjugale avec Anna, et commanda une enquête à ses gens. Si les soupçons d'Arlor étaient avérés, alors il mettra tout en œuvre pour punir le malotru et récupérer le coffre de son aimée.


Bien loin de là, sur une petite route de campagne, un paysan à dos de mulet tirait une petite charrette. Voilà plus d'une semaine qu'Erlkan avait quitté Bree. Il souriait en pensant à la manière dont il avait entourloupé cette bande d'idiots... Sans la surveillance d'Anna, au milieu des allées et venues du déménagement, il lui avait été si facile de s'éclipser avec ce vieux coffre. Seule Anna était dangereuse, tous les autres étaient décidément trop naïfs. Ils n'avaient bien entendu aucune idée du pouvoir réel de ce coffre. Erlkan s'esclaffa d'un rire sonore, au milieu des champs paisibles écrasés par le soleil.

- " Ha ha ha, vieille sorcière, je t'ai bien eue!... Tu croyais pouvoir utiliser ce coffre sans attirer l'attention de l'Oeil?!... Quelle idiotie!... Maintenant, c'est à moi d'en profiter, et foi d'Erlkan le Noir, son pouvoir ne sera pas gâché en futilités... "

************
[HRP] La suite >>> ici <<< Smile[/HRP]


Dernière édition par Kalean le Ven 3 Sep 2010 - 5:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nini
Floudeuse professionnelle
avatar

Nombre de messages : 1568
Age : 64
Date d'inscription : 28/05/2010

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Jeu 26 Aoû 2010 - 13:11

(hrp) Hé bé t'as intérêt à nous donner vite fait la suite....non mais sans rire Smile Tu nous laisses comme ça au milieu du suspens ....ralalala...ça ne va pas du tout...mais alors pas du tout ! Au boulot m'sieur et plus vite que ça Smile Bravo en tout cas Smile gégé Smile poutous Smile
Revenir en haut Aller en bas
O'Cothan

avatar

Nombre de messages : 1588
Age : 40
Date d'inscription : 01/11/2005

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Jeu 26 Aoû 2010 - 17:36

[HRP]
Tout simplement génial Smile
Bien écrit, bien mené, j'attends la suite avec impatience aussi Smile
[/HRP]

=======================================================================
Revenir en haut Aller en bas
Kalean

avatar

Nombre de messages : 137
Age : 38
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Ven 27 Aoû 2010 - 7:25

[HRP]
Merci pour ces commentaires encourageants, ça me fait tres plaisir Smile

Je vais faire de mon mieux pour ne pas trop vous faire attendre Wink
[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Kalean

avatar

Nombre de messages : 137
Age : 38
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Jeu 2 Sep 2010 - 11:59

Dans la pénombre de son laboratoire, Erlkan auscultait sa nouvelle acquisition avec attention. Posé sur une table exiguë, le coffre trônait au centre de la pièce tandis que le scélérat orbitait autour afin d'en étudier chaque recoin. L'homme d'une quarantaine d'année, aux cheveux noir corbeau et à la peau blafarde, écarquillait ses grands yeux sombres et globuleux, en se mouvant à la manière d'une fouine ayant reniflé une proie.
Il était cependant difficile de se déplacer avec aise dans ce petit cabinet d'alchimiste, le peu d'espace étant occupé par un fatras inconcevable d'objets plus insolites les uns que les autres, amoncelés sur des meubles et des étagères recouverts de poussière. C'était le paradis des araignées et des cafards en tout genre. L'atmosphère humide et rance y pesait avec une lourdeur accablante. A l'aide d'un vieux mouchoir grisâtre, Erlkan épongea son front constellé de gouttes de sueur, avant d'appeler son assistant :

- « Baldur! Dépêches-toi bon sang!... »
Puis de grommeler « Mais qui m'a fichu un idiot pareil?... »
- « J'arrive, maitre!... J'arr... »
Erlkan sursautât en entendant le soudain raffut provenant de la pièce voisine, comme si toute une batterie de cuisine venait de tomber au sol dans un fracas assourdissant.
- « Ne vous inquiétez pas maitre Erlkan... je... je n'ai rien... j'arrive... » soupira une voix à bout de souffle.

Erlkan commença à masser ses tempes d'un mouvement circulaire, signe que son mal de tête venait de le reprendre. La porte s'ouvrit brusquement, dévoilant la silhouette trapue de Baldur, prêt à entrer les bras chargés de divers outils.
- « C'est tout ce que le nain avait, maitre... »
- « Pose ça là. » dit Erlkan d'un ton sec en pointant l'établi.
Baldur s'exécuta, puis scruta le coffre d'un air ahuri.
- « Vous voulez vraiment le démonter ?... C'est dommage... Un bahut comme ça c'est toujours utile pour faire du rangement... »
- « Espèce d'idiot... ce que tu as devant les yeux est bien plus qu'une simple malle!... » Erlkan caressa la surface du coffre sans prêter davantage attention au regard interrogateur de son disciple.
- « Ah?... et qu'est-ce qu'il a de spécial ? Franchement je vois pas... »
- « C'est l'Anésidora, imbécile... un artefact au pouvoir redoutable... sans doute l'objet le plus puissant qu'il te sera donné de voir durant ta misérable vie!... »
- « Ahh... D'accord... Mais alors, pourquoi le détruire?... » rétorqua le jeune disciple, déconcerté. Sa bouille ronde et ses joues rosées accentuaient l'air boniface du jeune homme, tout juste sorti de l'adolescence. Le visage candide de Baldur était parsemé de quelques poils de barbe épars et couronné d'une crinière châtain toujours en bataille. Ses yeux sombres et peu expressifs, légèrement divergents, rappelait parfois ceux d'un bovin, notamment quand son regard se perdait dans le vague dès qu'il n'arrivait plus à suivre les raisonnements alambiqués de son professeur.
- « Contente toi d'obéir!... Tu me fatigues avec tes questions... »

Erlkan se serait bien passé d'un apprenti tel que Baldur, qui brillait davantage par sa maladresse que par son intelligence. Mais c'était son neveu, et il avait une dette envers sa sœur, ainsi il avait promis de lui donner un peu d'éducation.
Cependant il constata rapidement que les compétences du jeune homme se résumaient à des exploits du style « déplacer la poussière d'un point A à un point B, puis d'un point B à un point A » ou bien « tester les effets de la gravité sur les objets fragiles placés en hauteur ». De ce fait même le ménage était une tâche qu'il valait mieux éviter de lui confier. Il était aussi du genre à poser beaucoup de questions, mais sans jamais trop saisir le sens des réponses. Son seul atout est qu'il avait de bonnes jambes, et Erlkan l'envoyait souvent faire ses courses ou livrer ses potions.

L'alchimiste inspecta les outils ramenés de la forge du nain par son disciple. Erlkan avait besoin d'outils spéciaux qu'il n'utilisait pas d'habitude. Néanmoins, même si la manufacture du nain était sans doute l'une des meilleures de la région, il était un peu déçu par le matériel que Baldur lui avait rapporté. Bien que destinés au travail de métaux résistants comme le mithril, ces outils semblaient inadaptés à l'usage qu'il voulait en faire.

« - Soit! Je n'ai guère de choix... mieux vaut ne pas prendre de risque... » marmonna-t-il. « Baldur, passe-moi le fléau d'airain sur l'étagère derrière toi. Et fait attention!... »
L'apprenti se saisit du lourd fardeau, manquant de peu de faire tomber un énorme cristal posé juste à côté, puis il tendit le fléau à son maitre, peu rassuré. Erlkan saisit l'arme des deux mains et la brandit au dessus de la tête de Baldur.
« - Pardonnez-moi, Rois d'Angmar, Seigneurs des Terres du Nord, pour le sacrifice que je m'apprête à commettre!... »

En entendant le mot « sacrifice » Baldur, le visage blême, fit un pas en arrière et trébucha contre une petite caisse, avant de s'affaler sur le sol crasseux.
« - Pitié! » dit-il en couvrant sa tête de ses mains.
Mais Erlkan n'avait que faire des singeries de son disciple. Se tournant vers le coffre, il le scruta d'un air pensif. Sa décision était prise.

En ce jour, un objet d'une grande valeur allait disparaitre à jamais du monde des hommes.

************
[HRP] La suite >>> ici <<< Smile[/HRP]


Dernière édition par Kalean le Mer 15 Sep 2010 - 11:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nini
Floudeuse professionnelle
avatar

Nombre de messages : 1568
Age : 64
Date d'inscription : 28/05/2010

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Ven 10 Sep 2010 - 10:07

(hrp)*Chuchote* Heu...le bientôt est fini là....le stock de chocolat est épuisé à force d'attendre Smile

Et dans toute la contrée, ce n'est qu'un cri :

La suite ! La suite ! La suite ! La suite !(/hrp)
Revenir en haut Aller en bas
Kalean

avatar

Nombre de messages : 137
Age : 38
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Dim 12 Sep 2010 - 9:15

[HRP]
Ca va venir ^^
Il faut juste que je remette quelques neurones en place apres mon anniversaire
alcool3
[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Nini
Floudeuse professionnelle
avatar

Nombre de messages : 1568
Age : 64
Date d'inscription : 28/05/2010

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Dim 12 Sep 2010 - 14:09

Kalean a écrit:
[HRP]
Ca va venir ^^
Il faut juste que je remette quelques neurones en place apres mon anniversaire
alcool3
[/HRP]
(hrp) Ha ça...je comprends...je compatis...tu veux un aspirine ? alka seltzer ? Une bouillotte ? Un vomitif ? hihi...
Poutous Smile
Revenir en haut Aller en bas
Kalean

avatar

Nombre de messages : 137
Age : 38
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Mer 15 Sep 2010 - 11:25

Le visage fermé, le regard concentré sur l'Anésidora, Erlkan tourna la clef dans la serrure d'un geste sûr, avant d'ouvrir le couvercle en grand. Le coffre était vide. Avec une délicate assurance, il déposa le fléau d'airain à l'intérieur du coffre. Cette arme terrible et majestueuse n'avait rien perdu de sa superbe, malgré les stigmates de guerres passées, et avait contribué à la gloire et à la chute de nombreux grands seigneurs de l'Angmar.

Après avoir contemplé quelques instant le fléau, dans une posture de recueillement, Erlkan finit par refermer le couvercle sur l'arme de guerre. Les yeux fermés, tout en récitant une prière dans une langue ancienne, il tourna lentement la clef afin de refermer le coffre. L'Anésidora se mit à luire peu à peu, comme auréolée d'une lueur éthérée, baignant la pièce dans une ambiance mystérieuse. Baldur, les yeux écarquillés, regardait la scène avec stupeur, figé tel un animal ébloui par une lanterne.

Lorsque Erlkan ouvrit le coffre à nouveau, la lumière s'évanouit dans un flash intense, aveuglant l'alchimiste pendant un court instant. Tandis que ses yeux se réhabituaient lentement à la pénombre ambiante, l'Anésidora commença à révéler son contenu. Le fléau d'airain avait disparu, laissant place à un objet plus petit, à l'éclat particulier.

Erlkan se saisit de l'objet afin de l'étudier, les yeux émerveillés, pareil à un enfant qui découvre le jouet de ses rêves. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Son vœux avait été exaucé. Il tenait entre ses mains l'outil idéal qui allait lui permettre de démonter l'Anésidora.

Baldur se releva maladroitement, s'approchant de son maitre afin d'examiner l'objet à son tour. Il n'avait jamais vu de pareil objet, la prise en main paraissait parfaite, la silhouette d'un grand raffinement, et sa configuration complexe semblait lui conférer de multiples usages. C'était une œuvre d'art en soi, une création hors de portée du commun des mortels... sans doute un objet destiné à l'usage des Dieux. Le jeune disciple jeta un œil incrédule dans le coffre, constatant que le lourd fléau massif avait disparu.
- "Par quelle prodige ?!..." dit-il, ébahi. Puis, après avoir remué les méandres de son cerveau à la recherche des restes d'anciennes leçons, il prononça, hésitant : "Métamorphose ?..."

Erlkan étouffa un rire moqueur. Il faut dire qu'il était peu habitué à entendre Baldur prononcer des mots de plus de trois syllabes sans que sa langue ne trébuche. L'effort de son disciple, couplé à l'inhabituelle bonne humeur qui l'habitait suite au succès de son expérience, amenèrent Erlkan à gratifier ce dernier d'un nouvel enseignement.

- "Il ne s'agit pas vraiment de métamorphose, mais plutôt d'un échange divin. Considère le fléau d'airain comme un présent offert à l'Anésidora, qui en retour nous offre ceci... cet outil parfait."

Erlkan présenta l'outil de plus près à son apprenti, bouche bée. C'était un objet fascinant, même si son potentiel réel échappait au jeune homme. Son maitre poursuivit la leçon.

- "Cet outil est un don envoyé des Cieux par la puissance divine, et transféré dans notre monde à travers L'Anésidora. Ce coffre est un cadeau des Dieux, un médium qui peut donner à celui qui sait s'en servir les moyens de réaliser la plupart de ses vœux."
Le strabisme de Baldur s'exacerba alors qu'il fronçait les sourcils, visiblement concentré sur les propos de son maitre.

- "L'Anésidora avait disparu depuis des siècles, ne laissant que quelques rares traces dans les légendes anciennes. Je ne croyais pas à son existence réelle jusqu'à ce que je découvre un vieux grimoire elfique qui y faisait référence explicitement..."
Erlkan pointa du doigt un épais manuscrit à la reliure de cuir vert foncé, orné d'inscriptions enluminées et de motifs végétaux entrelacés.

- "J'ai recherché sa trace pendant des années... en vain. Ce n'est que lorsque j'ai pu acquérir le palantir que j'ai enfin trouvé une piste sure..."

Baldur n'osa demander à son maitre ce qu'était un palantir, de peur de ne perdre le fil, ou d'être l'objet de quelque remarque sarcastique.

- "Quoi qu'il en soit, son pouvoir est bien réel, nous venons d'en avoir la preuve. Entre de mauvaises mains cet objet pourrait s'avérer extrêmement dangereux. Voila pourquoi nous devons le démonter."

************

Il fallut de nombreuses heures à Erlkan et Baldur pour démonter l'Anésidora. Malgré l'efficacité de leur nouvel outil, le désassemblage du coffre demeurait une tâche complexe et minutieuse, proche du casse-tête. La pénombre et l'étroitesse du lieu ne facilitait en rien l'opération, mais il fallait agir à l'abris des regards.

L'Anésidora était composée principalement de bois précieux, à l'aspect vieilli mais toujours solide, maintenu par une structure en métal très résistante. Il était impossible de forcer le coffre ou de le briser, la seule option était de comprendre comment il avait été monté, et d'essayer de reprendre la procédure à l'envers.

Petit à petit, les deux compères parvinrent à séparer les différentes pièces. La serrure, les charnières et les renforts de métal avaient été forgés dans une matière inconnue, sans doute un alliage très sophistiqué à base de mithril. Quant aux parties en bois, sitôt détachées de leur structure métallique, elles tombaient littéralement en poussière, comme si elles vieillissaient de mille ans en quelques secondes. A n'en pas douter, le pouvoir de l'Anésidora résidait dans cet étrange alliage de métal qui la composait.

Une fois l'opération terminée, il ne restait plus de l'Anésidora que quelques pièces de métal au milieu de petits tas de sciure. Le métal fut nettoyé puis emballé avec précaution, avant d'être amené à la forge du nain Dworin, maitre en métallurgie. Les pièces furent fondues ou remodelées, à l'exception du mécanisme de la serrure qui ne reçut que de légères modifications. Une nouvelle clef fut forgée, et les nouvelles pièces de métal furent assemblées sous la forme d'un coffret beaucoup plus petit que le coffre d'origine. Un excédant de métal servit à former une doublure métallique à l'intérieur du coffret, et une nouvelle façade pour la serrure.

Dworin grommela à de nombreuses reprises durant son ouvrage, sans pour autant admettre ouvertement que le travail de cet alliage mystérieux avait sans doute été la tâche la plus difficile de sa carrière. De plus, le plan de la structure du coffret était étonnamment complexe, et Erlkan se montrait exigeant sur le moindre détail. L'étrange outil apporté par ce-dernier fut d'un concours appréciable pour atteindre le degré de précision requise.

Que d'efforts pour fabriquer un petit coffret qui, au final, n'avait que très peu d'allure!... Mais le nain savait d'expérience que ce n'est pas forcement l'aspect qui fait la qualité. Une fois l'oeuvre achevée, Dworin fut payé très généreusement, d'une bougette remplie de pièces d'or. Erlkan, visiblement ravi, lui offrit même un verre de sa meilleure liqueur pour le féliciter.
Quelques heures plus tard, Dworin se réveilla affligé d'un terrible mal de tête, et bien incapable de se remémorer les évènements de la semaine. Le nain n'avait plus aucun souvenir du travail effectué sur le coffret, pas plus que des pièces d'or qui lui étaient passées sous le nez.

Erlkan demeura très tendu sur le chemin du retour. Bien que satisfait du travail de Dworin, et confiant dans son projet de modifier l'Anésidora, il ne pouvait s'empêcher d'imaginer le pire des scénarios. Et si le manuscrit elfique avait tort ?... Que faire si le pouvoir de l'Anésidora était altéré, ou perdu à jamais ? Seul un test permettrait d'apaiser ses craintes. Mais pour cela il fallait retourner dans le secret de son cabinet d'alchimiste, dans cette pièce protégée de tous les regards, scellée grâce à des talismans liés par d'occultes incantations...

Une fois de retour chez lui, Erlkan congédia Baldur afin de rester seul avec son nouveau coffret. Il ne voulait pas être perturbé par un lourdaud tel que son disciple, et si jamais les choses tournaient mal, il ne voulait pas risquer la vie de son neveu.
Erlkan déposa l'objet sur la table au centre de son cabinet, n'accordant qu'un bref coup d'oeil aux restes de sciure qui témoignaient de l'ancienne Anésidora. Il glissa la nouvelle clef dans la serrure du coffret, qu'il ouvrit pleinement afin d'y placer un morceau de cristal écarlate. Lentement, il referma le coffret. Puis, après avoir pris une grande inspiration, l'alchimiste récita quelques stances d'une langue oubliée, tout en tournant délicatement la clef pour refermer la serrure. Une goutte de sueur perla sur le front d'Erlkan, qui se crispa tandis qu'il pénétrait dans l'abime sombre de l'inconnu.

Jusqu'où peut-on défier les Dieux impunément ?

************
[HRP] La suite >>> ici <<< Smile[/HRP]


Dernière édition par Kalean le Mer 3 Nov 2010 - 10:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nini
Floudeuse professionnelle
avatar

Nombre de messages : 1568
Age : 64
Date d'inscription : 28/05/2010

MessageSujet:    Mar 12 Oct 2010 - 11:31

Kalean a écrit:
[HRP] La suite bientot Smile [/HRP]


*Tape du pied, croise ses bras et soupire en marmonnant* Ben alors....c'est pour aujourd'hui ou pour demain ? J'ai pas que ça à faire attendre moi....j'ai du travail moi....la soupe sur le feu...la tarte dans le four....la chienne à sortir....peigner la girafe....faire les ongles de l'éléphant....Allez allez....zou...au boulot jeune écrivain prolixe Smile
Je te fais la bise d'encouragement ! Et je ne veux pas entendre qu'un vent de sable australien a encrassé le clavier ou asséché l'encre !
Revenir en haut Aller en bas
Kalean

avatar

Nombre de messages : 137
Age : 38
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Mer 13 Oct 2010 - 7:15

[HRP] Arrg honte a moi, je viens de réaliser que cela va bientot faire 1 mois que je n'ai rien posté...
J'ai été... disons... "pris par le tourbillon de la vie"... pas vu le temps passer ^^
Bon, promis je m'y remets bientot! De plus il faut que j'arrive a clore ce chapitre avant la fin du mois parce qu'apres je vais quitter Brisbane et repartir sur les sentiers du bush et les plages de sable doré Wink [HRP]

Revenir en haut Aller en bas
Kalean

avatar

Nombre de messages : 137
Age : 38
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Mer 3 Nov 2010 - 10:25

La prière d'Erlkan était sans équivoque. Les mots qu'il avait prononcés dans cet obscure dialecte elfique formulaient une requête solennelle. Quiconque tenterait de lui dérober l'Anésidora devra mourir sur le seuil de sa porte... et c'est le coffret lui-même qui lui donnerait les moyens d'exécuter sa sanction funeste. L'alchimiste se demandait quelle arme fabuleuse allait lui être alloué pour assurer ses éventuelles représailles. Cependant la curiosité laissa vite place à l'inquiétude. Quelque chose d'anormal était en train de se produire...

Peu après qu'Erlkan eut effectué un tour de clef pour refermer le coffret, une étrange lumière rouge cramoisi se mit à filtrer du coffre. Cette lumière n'avait plus rien de la lueur douce et éthérée qui avait illuminé son laboratoire la première fois. C'était une lumière crue et macabre, celle d'un astre mourant. Si le soleil avait pu saigner, les derniers rayons de son agonie auraient sans doute eu cette couleur.

Un étrange malaise se mit à envahir toute la pièce, et la tête d'Erlkan se mit à tourner comme si il avait trop bu. Le coffret commença à trembler et tressauter sur la petite table en bois, tandis que la lumière se faisait de plus en plus vive. Quelques objets tombèrent des étagères, et Erlkan manqua de peu de se faire assommer par la chute d'une orbe de cristal.

Le fracas de l'orbe sur le sol le tira soudainement de sa torpeur. Il devait réagir, vite. Si le coffret venait à exploser, son corps, et peut-être même son âme seraient anéantis à jamais.

Erlkan agrippa en toute hâte l'outil étrange que le coffre lui avait cédé. Une décharge d'adrénaline coula dans ses veines alors qu'il tentait de repérer l'origine du problème. Il constata rapidement qu'une des charnières semblait sur le point de céder. Mais le plus inquiétant était qu'un des sceaux magiques de la façade avait été monté à l'envers. Devait-il d'abord consolider la charnière avant de se risquer à démonter le sceau ? Il n'avait pas une seconde à perdre en hésitations, il fallait prendre une décision immédiate.

Erlkan se saisit d'une lourde presse de plomb et la posa sur le coffre, l'empêchant ainsi de bouger et de s'ouvrir violemment si les charnières devaient céder. Il démonta le sceau avec des mains tremblantes, maudissant Dworin pour ses erreurs. La lumière cramoisie filtrait du moindre interstice, toujours plus menaçante. Divers objets s'échappèrent des étagères et se mirent à voler dans la pièce, emportés dans une ronde tourbillonnante tels des débris pris dans une tornade. Une fiole s'écrasa brutalement contre le crane d'Erlkan, qui s'effondra et laissa échapper son précieux outil.

Les tempes de l'alchimiste battaient à tout rompre, et du sang coula sur son visage. Malgré la douleur, Erlkan tenta de se redresser, les yeux écarquillés de stupeur face au spectacle sur-réel qui s'imposait à lui.

Les objets qu'il avait accumulés ici depuis tant d'années, et qui pour la plupart dormaient sous un linceul de poussière, dansaient désormais avec frénésie dans les airs. Ils voltigeaient dans un tourbillon de lumière, tournant autour de l'Anésidora comme des planètes tournent autour de leur astre. La presse de plomb qui maintenait le coffret en place commençait à frétiller comme une vulgaire feuille dans le vent, et Erlkan se précipita afin de la maintenir.

Il scruta le chaos autour de lui, à la recherche de l'outil qui lui avait échappé des mains. Il n'était visible nulle part, ni sur le sol, ni parmi les objets qui volaient autour de lui. Erlkan entra alors dans une rage folle.

- "On avait... un accord!!!..." cria-t-il de toutes ses forces, les yeux injectés de sang.

C'est alors qu'un bref éclat sous un des meubles attira son regard. Il étendit sa jambe et se contorsionna afin de ramener l'objet vers lui avec son pied. C'était bel et bien son outil miraculeux. A bout de force, il finit de remonter le sceau dans la bonne position, en dépit du sang et de la sueur qui lui coulaient dans les yeux.

Une fois le seau en place, la lueur rouge se dissipa, et les objets volants s'écrasèrent lourdement sur le sol. Erlkan s'affaissa sur lui-même, soulagé et épuisé.

L'alchimiste s'accorda quelques minutes de répit pour reprendre ses esprits, le souffle court et le corps en nage, comme s'il venait tout juste de sortir d'un cauchemar. Lorsque le choc fut suffisamment atténué, l'aiguillon de la curiosité revint le piquer insidieusement, et il ôta la presse de plomb qui maintenait le coffret, avant de déposer ce dernier sur le sol à côté de lui.

Après avoir pris une profonde inspiration, Erlkan ouvrit délicatement le coffret afin d'en observer le contenu. Ce qu'il vit alors le stupéfia.

- "Mais qu'est-ce que... ??!!..." laissa-t-il échapper, incrédule.

Au même moment, quelqu'un se mit à tambouriner à la porte.

- "Maitre!! Ouvrez!!... Vite!!!..."

C'était la voix de Baldur. Erlkan se redressa péniblement puis se dirigea vers la porte pour la déverrouiller. Celle-ci s'ouvrit alors d'un coup sec, et Baldur fut projeté en avant, entrainant son maitre dans sa chute. Les deux compères s'étalèrent lourdement sur le sol jonché de débris. Effaré, l'alchimiste jeta un regard en direction de l'entrée.

Dans l'encablure de la porte se tenait Esildor de Boissombre, le regard hautain, suivi par plusieurs de se gardes.

************
[HRP] La suite heu... dès que possible Wink [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Bahaal
Tel Chat, tel Maître
avatar

Nombre de messages : 4309
Age : 45
Date d'inscription : 26/01/2005

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Mer 3 Nov 2010 - 10:52

[hrp]

Rhaaaaa mais il y a quoi dans le coffre ?! arghh

[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Nini
Floudeuse professionnelle
avatar

Nombre de messages : 1568
Age : 64
Date d'inscription : 28/05/2010

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Jeu 4 Nov 2010 - 7:50

(hrp) Ha ben v'là aut'chose maint'nant ! Et on ne sait toujours pas ce que contient ce coffre ! hihiii....Clochette ? Morgane ? Merlin ? DarkVador ?
Allez jeune Padawan...la suite...la suite....la suite....la suite....la suite....Sinon tu ne seras jamais un Jet d'ail !
Revenir en haut Aller en bas
Kalean

avatar

Nombre de messages : 137
Age : 38
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Mar 23 Nov 2010 - 8:00

[HRP]
Je tiens a m'excuser, je pensais pouvoir clore ce chapitre avant mon depart de Brisbane, malheureusement je n'aurai pas le temps... (je pars jeudi)
Sachant que durant les deux prochains mois je vais voyager en Tasmanie, je ne sais pas du tout si j'aurai l'occasion d'ecrire...
Donc la suite viendra, il faudra juste etre un peu patients...

Quoi qu'il en soit, un grand merci a ceux qui m'ont lu jusqu'ici Smile

A mon retour en France en janvier, j'aurai plus de temps libre, je pourrai reprendre mon recit et meme venir vous embetter en jeu Wink
[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Ginolwen
Psychopathe caféinomane


Nombre de messages : 396
Age : 38
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Mar 23 Nov 2010 - 11:34

[HRP]
Bon voyage à toi Very Happy

(Et n'oublie pas de faire des photos Very Happy)

[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Bahaal
Tel Chat, tel Maître
avatar

Nombre de messages : 4309
Age : 45
Date d'inscription : 26/01/2005

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Mar 23 Nov 2010 - 16:17

[hrp]

Profite bien de ton voyage et ne te fait pas attraper par Taz qu'on puisse lire la suite un jour Mr.Red

[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Nini
Floudeuse professionnelle
avatar

Nombre de messages : 1568
Age : 64
Date d'inscription : 28/05/2010

MessageSujet: Re: L'Anésidora   Mar 23 Nov 2010 - 16:45

(hrp) Effectivement profite bien de cette jolie ballade et on compte bien avoir des photos à ton retour Smile
Et lire tes textes est un vrai plaisir de gourmet...mais bon hein....ne nous fais pas languir trop longtemps non plus !
Et en Tasmanie, regarde où tu mets tes petons.....Taz a l'habitude de faire des trous partout !
Bon voyage et à bientôt en jeu Smile
Poutous.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Anésidora   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Anésidora
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
la Garde des Dragons Noirs :: LES JEUX OU NOUS SOMMES :: [F2P] Le Seigneur Des Anneaux Online :: Tranches de vie-
Sauter vers:  


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit