la Garde des Dragons Noirs

Communauté de joueurs de mmorpg
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [RP] La promesse d'un coeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nolwenath
Dresseuse d'ours
avatar

Nombre de messages : 1472
Age : 36
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: [RP] La promesse d''un coeur   Dim 24 Mai 2009 - 4:14

L'imposant ours s'installa au pied d'un gigantesque mallorne, grattant le tapis de mousse à l'aide de ses pattes griffues, raclant le sol afin d'y trouver tout le confort pour une bonne sieste. Non loin de lui se trouvait le fleuve majestueux qui servait de frontière pour la forêt d'or, coulant paisiblement en faisant clapoter son eau sur les galets du rivage. Et malgré un soleil perdu dans l'étendue intégralement bleu du ciel, la chaleur n'était pas accablante bien au contraire ! Ce fut dans cette situation que l'ours résista à l'envie puissante de fermer ses paupières pour une bonne sieste méritée...

Un bruit lui fit dresser ses oreilles, celui d'un homme entrant dans l'eau petit à petit.


« Fenrhir, elle est bonne ! Tu as tord de ne pas vouloir venir ! » S'écria joyeusement une jeune femme.

Un long souffle quitta ses narines longuement, pas un soupir mais certainement pas une marque de joie non plus. Dressant sa lourde tête en grognant d'une façon qui trahissait son humeur bougonne, l'ours observa le paysage autour de lui avant de poser son regard sur l'origine de la voix. Une jeune femme totalement nue avançait lentement dans l'eau qui pour le moment lui arrivait à mi-cuisse, ses long cheveux châtains tombant à mi-dos et libres de réagir à la brise du moment.

Fenrhir avait vu le corps de son amie grandir, s'affermir jusqu'à devenir celui d'une femme malgré l'apparente jeunesse que son image laissait transparaître. Les années de marches, de courses et de combats avaient affermi les courbes de ses hanches et de sa poitrine, par chance rares étaient les souvenirs malheureux des affrontements passés. Mais l'ours le savait, les humains, les elfes succomberaient à l'appel de leur désir face à un tel spectacle et ce, sans tenir compte de l'innocence de son amie.


« Nolwenath... Sois discrète, quelqu'un pourrait te voir depuis la forêt ! S'exprima l'ours dans une série de grognement incompréhensible pour toute personne non initié au langage de la nature.

Mais il n'y a personne ici ! Tu l'sais bien ! » Répondit la jeune fille avec un air boudeur.

Effectivement, les deux amis avaient pris quelques très longues minutes afin de s'assurer qu'aucun intrus ne pouvaient venir interrompre ce moment de repos. Malgré tout, l'imposant animal ne pouvait s'empêcher d'être anxieux dès que Nolwenath étaiet en position de faiblesse et depuis quelques jours, cette impression ne la quittait pas.

« Tu es certaine que c'est celui que ton coeur désire? » Demanda l'ours.

Immergée dans l'eau et occupée à se laver les cheveux, Nolwenath effaça le sourire de son visage à l'écoute de ces mots sans réussir à répondre le moins du monde. Loin de le remplacer par un masque de colère ou de tristesse, la jeune fille semblait simplement s'être perdue dans une vague de souvenirs. Puis, d'une voix malgré tout tremblante débuta un semblant de mot mal articulé avant de s'évanouir dans le silence. L'ours comprit sans peine que l'hésitation ne naissait pas suite à un doute mais à la douleur du passé, un passé qui aurait dû rester oublié...

« Cet humain connait le sens du mot honneur, c'est sûr qu'il ne trahira pas. Finit il par céder dans une succession de grognement. Il lui ressemble malgré l'âge... »Ajouta t'il sur le ton du regret, le coeur se serrant dans sa poitrine.

L'ours ne connaissait pas suffisamment la psychologie humaine pour se permettre de croire qu'il pouvait donner des leçons à son amie, bien au contraire ! Mais l'ampleur du désastre qui pouvait succéder à un amour sincère brutalement interrompu, il l'avait vu de ses propres yeux et en avait souffert pour une bonne partie.

« Non, Fenrhir... Je ne le compare pas à lui... Murmura Nolwenath en retenant des larmes aux coins de ses yeux.

Alors pourquoi es tu si triste? Tu es si belle quand tu souris ! Répondit l'ours sur le ton de la détresse.

Je pleure parce que j'ai un peu peur... »

L'ours inclina légèrement sa tête, ne comprenant pas complètement en voyant sa jeune amie essuyer l'eau de ses larmes.

« Tu te souviens de c'que grand père disait? L'amour, c'est la plus belle chose au monde... La chose qu'le grand mal de l'Est peut pas corrompre...

Oui, j'me souviens.
Répondit l'ours en attendant la suite.

Je ne l'ai pas cru quand j'ai eu si mal après la disparition d'Oberick... Maintenant, j'ai compris et j'y crois à nouveau. Seulement... Murmura toujours la jeune fille.

Seulement?

Il est tellement... Noble dans c'qu'il est... J'ai peur d'pas être comme il faut pour lui... Je ressemble à une paysanne ! Et puis, j'suis peut être trop jeune !

Mais tu lui as livré tes sentiments pourtant.

Oui...
Rougit la jeune fille en immergeant à moitié sa tête sous l'eau.

Et il ne t'a pas éconduit... Donc cela semble plutôt bien engagé, non? Ajouta l'ours.

Le sort du Gondor l'inquiète beaucoup... J'aimerai tellement l'aider à ne pas s'inquiéter de trop mais je sais qu'il a raison de craindre le pire. Je... Je... Se mit à bégayer Nolwenath.

C'est un vrai soldat que tu as trouvé... Admit l'ours en hochant du museau.

J'me sens en paix quand je suis à côté de lui... La dernière fois, quand il a tenu ma main... J'ai eu envie qu'il ne la lâche jamais mais il fallait aller au combat à la Moria. J'aimerai tellement qu'il comprenne que... j'serai toujours là auprès de lui pour les moments difficiles et les autres aussi. Mais je ne sais pas comment le lui dire...

Ne lui dis pas, fais lui comprendre en étant toi même.
Dit l'ours d'un ton plutôt direct.

Tu... Tu as raison. » Répondit Nolwenath surprise de la réaction de l'ours.

Après quelques minutes de silence, la jeune fille se décida à sortir de l'eau dévoilant à nouveau sa nudité totale mais arrivée sur la plage, elle se tourna vers l'autre rive et regarda le ciel toujours autant ensoleillé.

« M'sieur Arandorin... Où que vous soyez à l'heure qu'il est... Soyez prudent surtout et n'oubliez pas que ce que je vous ai dit... Je vous aime... »

La jeune maître du savoir retrouva le sourire tendre qui lui était tellement habituel et se tourna vers sa tenue posée sur un grand rocher avant d'entreprendre de débuter l'habillage. L'ours se dressa sur ses pattes durant ce temps et en profita pour s'étirer un peu, il avait compris que les craintes n'avaient plus lieu d'être et que les choses sérieuses reprenaient.

« Bien, nous avons des orques à déloger... Tu es prêt? » Fit la jeune fille avec vivacité, un rire léger égayant l'atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Nolwenath
Dresseuse d'ours
avatar

Nombre de messages : 1472
Age : 36
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: [RP] La promesse d'un coeur   Lun 22 Juin 2009 - 21:16

La petite clairière était maintenant complètement dévastée, le feu et le massacre des armes ayant détruit la beauté du lieu autrefois féérique. Arbres arrachées par les mains des trolls, étangs souillés, fleurs écrasées, tellement de sacrifices pour acquérir la victoire. Malgré la laideur de cette violente destruction, rien ne fut pire que de voir nombres d'animaux aux allures féroces, indomptables, terribles, étendus sur ce linceul de laideur au milieux des dépouilles des assaillants venus du pays d'Angmar !

La jeune fille s'avançait à pas à peine assurée, ses larmes ne cessant de couler sur ses joues teintées par le pourpre du sang et le brun de la terre. S'aidant de son bâton, Nolwenath eut toutes les peines à rejoindre l'assise qu'offrait un tronc renversé et à s'y asseoir. Quelques minutes plus tôt se tenait en cet endroit magnifique la plus grande horde qu'elle n'avait jamais vu ! Même son défunt grand père, ou vieux maître comme elle aimait l'appeler lorsqu'il devenait trop studieux, n'avait pu réunir autant de compagnons durant sa vie et pourtant, toutes les âmes de cette forêt prêtes à défendre cette forêt avaient décidé de joindre leur sort au sien. Ces derniers s'étaient manifestés après que les premiers arbres en lisière de la forêt furent coupés pour nourrir une vaste forge peuplée d'orques et de goblins, aucun d'eux ne voulait fuir face à une menace qui finirait de toute manière soit par les corrompre, soit par les tuer !

Mais la bataille sembla perdu d'avance...

Malgré la force impitoyable des ours, la fureur de l'immense meute de loups et la subtilité des lynx et autres chats sauvages, les orques firent des ravages parmi leurs rangs. Les chairs furent déchirées, transpercées de flèches et de carreaux d'arbalètes, tranchées par les épées et par les haches ! Les grognements furieux se transformèrent petit à petit en plaintes et couinements malheureux, donnant aux plus braves la force de redoubler d'efforts pour venir en aide aux blessés ! Qu'ils avaient fière allure ces bêtes ! Mais lorsque les premiers trolls apparurent, Nolwenath sut qu'elle devrait détruire ce qu'elle aimait autour d'elle pour vaincre... Aucunes fleurs, aucuns des blessés ne pourraient survivre à l'appel destructeur de la foudre ou au courroux de feu des Ents ! Pour vaincre, il fallait qu'elle détruise ce qu'elle aimait tellement !


«Qu'attends tu bougre d'idiote ! Vas tu te décider à nous aider avec ta magie?» S'exprima sèchement une lynx au pelage d'ombre à ses côtés.

«Attends tu que nous soyons tous mort pour cesser de pleurer? Déchaîne la fureur, la tienne ! La notre !» Ajouta t'elle tandis que du sang s'écoulait de sa gueule, son flanc était atteint par une flèche.

«Mais... Vous... Vous tous... Comment puis je les vaincre? J'vais tous vous condamner !» Murmura Nolwenath tandis qu'elle ne pouvait retenir ses larmes. «C'est si... difficile !»

«Cesse de t'interroger, fais le ! Pour nous, pour la forêt ! Je t'en supplie, bientôt cela sera impossible !» Persifla la lynx avant qu'un orque ne l'expulse quelques mètres plus loin d'un ingénieux coup de pied.

«Ys !» S'écria la jeune fille avant de se recroqueviller sur elle même en murmurant. «J'ai compris ce que vous tous attendez de moi, pardon... Puissiez vous un jour me pardonner pour ce que je fais en ce jour...»

Le déluge de magie finit par jaillir de manière terrible, immense et implacable représentation de la puissance des éléments...

Amis comme ennemis furent étendus sur le sol quand les dernières poussières se dispersèrent, mis à part les compagnons de Nolwenath qui sur le flanc respiraient bruyamment pour signaler la gravité de leurs blessures. Ys avait été atteinte par deux flèches et Neifhleim, un imposant tigre des neiges, fut la victime d'un violent coup d'épées sur son flanc. Les dernières forces de la jeune fille allèrent à leur survie, oubliant ses propres blessures notamment celle sur son bras qui suintait au goutte à goutte de manière régulière. Peu à peu le froid commençait à la saisir tandis qu'elle observait ce qui restait de ses anciens amis, ses jambes la lâchèrent malgré sa position assise sur le tronc.


«Nolwenath !» S'écrièrent les deux compagnons revigorés. «Il faut te soigner», enchaîna la lynx sur le ton de l'inquiétude. Chose qui était rare de sa part...

«M'sieur Arandorin...» Murmura Nolwenath du bout des lèvres en dodelinant de la tête. «M'sieur Arandorin, vous...»

«Elle délire... Elle a perdu trop de sang.» Fit Neifhleim d'un ton au détour d'un grondement.

«M'sieur Arandoin... Laissez moi... Aller dans vos... bras encore une fois...» Soupira t'elle avant de s'effondrer sur le tronc, épuisée et inconsciente.

Au coeur de la forêt, un rugissement de tigre se fit entendre durant de longues minutes. Long chant de tristesse pour une jeune femme...

[Histoire à suivre...]
Revenir en haut Aller en bas
Nolwenath
Dresseuse d'ours
avatar

Nombre de messages : 1472
Age : 36
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: [RP] La promesse d'un coeur   Dim 16 Aoû 2009 - 18:52

Le son d'une légère brise brisa la monotonie du silence telle une douce caresse pour les oreilles de la jeune fille, apportant avec elle d'innombrables parfums chapardés aux fleurs environnantes. La rosée matinale avait drapé l'herbe sauvage d'un magnifique tapis de
diamants, habilement mis en scène par un soleil chaleureux et protecteur.


Reprenant peu à peu conscience, Nolwenath entreprit de garder les yeux fermés, refus de retrouver un monde qui lui revenait à l'esprit petit à petit à mesure qu'elle retrouvait ses moyens. Est ce la peur de l'évidence ou bien la surprise que lui avait procuré l'absence autour d'elle d'odeur du sang versé ainsi que son goût dans la bouche? Le monde où les gens sont heureux était il toujours ainsi, aussi chaleureux et doux qu'un rêve?

« La petite est réveillée. » S'exclama une voix forte et grave, dur comme la roche, une voix de nain assurément.

« Bien, laissons la reprendre ses marques... Elle risque d'avoir besoin d'un peu de temps après ce qu'elle semble avoir vécu. » Répondit en retour une voix féminine douce comme le velours.

Comme un barrage en bois ne pouvant plus contenir l'immense flot de souvenirs, toute la violence du combat précédemment menée en compagnie de ses compagnons la ramena à la réalité. Les cris, les horreurs et tout ce sang... La vision de ses amis blessés s'inquiétant pour elle, de son état. Petit à petit, son corps ne lui répondait plus tremblant sous l'effet de spasmes lié à la détresse jusqu'à ce que n'en pouvant plus, elle se redresse en hurlant tout le désespoir emplissant son être.

Le front en nage et le souffle haletante, ses yeux s'habituèrent rapidement à la luminosité de soleil et se fut avec quelques craintes non
dissimulées qu'elle entreprit de découvrir le monde qui l'entourait, surtout découvrir l'identité des personnes qu'elle avait entendu quelques minutes plus tôt.


« Ne crains rien, tu es en sécurité ici... » La voix venait d'une splendide femme au cheveux blonds, ses habits bien que sobre semblaient la mettre en valeur. Nul doute que de nombreux hommes devaient lui faire la cour, pensa Nolwenath.

« Oui, les orques ne reviendront pas avant un moment ! » S'exclama un nain dans toute sa splendeur, une longue barbe rousse lui arrivait jusqu'au bas de sa cotte de maille et semblait parfaitement entretenue. Un sourire franc, il tendait à la jeune fille une gourde... « Buvez ceci, jeune demoiselle, cela vous fera du bien. C'est de l'eau... ».

Un modeste feu de camp, deux petites tentes, le lieu de repos semblait bien vide en comparaison de ce à quoi elle s'attendait. Une foultitude de question se pressait alors au porte de son esprit, où était elle, qui étaient ils, savaient ils pour ses compagnons, allaient ils bien?

« Merci... Beaucoup... » Fit elle simplement en prenant la gourde avant de la porter à sa bouche.

Quelle réconfort ce fut de sentir l'eau fraîche couler dans sa gorge ! Depuis combien de temps n'avait elle pas bu? Comment se faisait il que le goût du sang dans sa bouche n'était plus présent? A nouveau les questions revenaient à la charge.

« Tu dois te poser beaucoup de questions, jeune Nolwenath... Et assurément, nous allons y répondre. » Dit la belle dame accompagné par un hochement de tête de la part du nain.

« C'est vrai... Mais... Comment connaissez vous mon nom? » Répondit Nolwenath avec un haussement de sourcil, surprise.

« Et bien, avant de commencer, il ne serait pas convenable de te répondre sans prendre le temps de nous présenter. » La belle dame
se mit à sourire avec une tendresse non dissimulée. « Je m'appelle Ondine Grandruisseau, et voici Galbrin Marchedefer, un de mes amis les plus fidèles. »

Nolwenath se mit à sourire et fut surprise à nouveau de ne ressentir aucune douleur dans son corps.

« Enchantée... Je m'appelle Nolwenath Vertebrindille... »

« Enchanté » Répondit le nain sur le ton de l'amusement en regardant Ondine, visiblement satisfait d'avoir répondu avant son amie.
« Je laisse à mon amie le soin de répondre à ta question... » Le nain, après avoir été amusé, reprit un air appliqué et attentif en veillant à ne pas déranger la belle dame.

« Et bien, la question n'est pas des plus compliquées... Tes amis me l'ont donné, tout simplement. » Murmura t'elle presque sur un ton quelque peu maternel. « Nous les avons trouvé à tes côtés, semblant te protéger au milieu d'un champ de bataille... Bataille que vous semblez avoir menée d'ailleurs. »

Nolwenath ne put dire le moindre mot, parler de ses amis l'inquiétait au plus haut point : qu'étaient ils devenus? Pour toute réponse, elle ne fit que hocher la tête en regardant le sol, honteuse du certain réconfort qu'elle ressentait à cet instant.

« N'aie crainte, jeune fille, ils se portent bien... Tout comme toi, leurs blessures ont parfaitement été soignées. » Dit Galbrin avec un sourire franc et sincère. « Même si soigner ce bougre d'ours ne fut pas une sinécure... J'ai bien cru lui céder un bras quand Ondine t'a porté à l'écart. »

« Je vous ai causé beaucoup de tords, je m'en excuse... »

« A vrai dire, nous n'étions guère là par hasard, les renseignements en notre possession faisaient mention d'une invasion de cette partie de la forêt par une troupe d'orques. Nous ne pensions pas arriver si tard sur les lieux quand nous avons découvert que la nature ne
nous avaient pas attendu pour se défendre... » S'attrista Ondine, soupirant légèrement. « Aussi, nous avons pris le temps d'honorer chaque animal tombé au combat en le célébrant, soignant ceux qui le pouvait encore... C'est en quelque sorte le hasard qui nous a fait nous rencontrer, jeune demoiselle.
»

« Savez vous où sont partis mes amis? Je m'inquiète pour eux ... »

« Et bien, ils ne doivent pas être très loin... Ils n'ont pas souhaité partager le feu de notre camp, sûrement par désir de ne pas gêner. Seul ce gigantesque ours a fait quelques siennes pour rester mais les autres l'en ont dissuadé. » Le nain se mit à sourire, semblant repenser à un souvenir. « A moins que ce soit le baiser d'Ondine sur sa truffe qui le rassura... »

« Il était si mignon, je n'ai pas pu m'en empêcher. » Se mit elle à rire pour toute réponse. « N'ayez crainte, je sens leur présence au frontière de cette clairière... »

« Vous les ressentez? Mais... Alors vous... »

« Oui, comme toi, jeune fille... Comme ton grand père... » Le visage d'Ondine ne se ferma pas mais tout d'un coup, sembla hors d'atteinte pour Nolwenath. « Tu devrais rejoindre l'homme que tu aimes, ainsi que tes compagnons... Nous avons des tâches à
accomplir ici. Prends soin de toi, jeune fille, peut être nos chemins se recroiseront ils...
».

Nolwenath haussa les sourcils, surprise et sous le choc de la mention par une parfaite inconnue de son grand père. Le connaissait elle, visiblement oui mais était elle une de ses amies? Pourtant, elle semblait si jeune. Mais en voyant les deux personnes auprès d'elle, elle comprit que ce qui les attendaient ne la concernait pas, qu'ils portaient un poids qu'elle même ne pouvait pas porter actuellement. Alors sans tristesse, elle se leva et ramassa ses biens en souriant avec douceur.

« Merci beaucoup, madame Ondine et monsieur Galbrin... Merci pour mes amis. Je prie pour que l'on se revoit un jour... » Nolwenath souriait avec la sincérité habituelle qui lui valut en retour la pareille de la part des deux compagnons.

Puis tout d'abord d'un pas presque irréel, elle quitta le petit campement s'engageant dans la forêt où l'attendait une horde d'animaux assoiffés de bonnes nouvelles et de réconfort avant que le sourire sur son visage fut vraiment heureux. Elle allait revenir vers ceux qu'elle aimait du plus profond de son coeur et murmura au vent alors que Fenrhir surgissait de la lisière de la forêt...

« Mes amours... Monsieur Arandorin... »


Dernière édition par Nolwenath le Jeu 7 Jan 2010 - 1:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nolwenath
Dresseuse d'ours
avatar

Nombre de messages : 1472
Age : 36
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: [RP] La promesse d'un coeur   Dim 16 Aoû 2009 - 19:11

« Qui aurait pu prévoir un tel dénouement ? » Fit un croassement. Je n’en reviens pas…

« Je crois bien que personne n’aurait pu. » Répondit un rugissement.

« Personne peut être, mais pourquoi est ce qu’on parle de çà ? » S’immisça un miaulement grave. « Honnêtement, je m’en contrefiche ! »

« Arrêtez vous tous ! » Stoppa court à toute discussion un grondement vocal d’une puissance inouïe avant de finir par une succession de grognement grave. « Elle nous aime autant qu’elle l’aime, c’est çà qu’il ne nous faut pas oublier. »

« Oh par pitié, il va nous ressortir son couplet sur l’amour, je préfère partir plutôt que de l’entendre encore… » Enchaîna le miaulement grave.

« Elle est jalouse comme d’habitude mais au final, elle sait qu’il a raison. » Succéda le croassement. « Et moi même, je l’admets aussi… »

« Laissons les en paix, demain risque d’être aussi difficile qu’aujourd’hui. » Finit par dire le rugissement après un long moment de silence.

« Oui. » Termina le grondement.

*****


La nuit était tombée au cœur des plaines d’Eriador ainsi que sur le bivouac choisi pour le repos par les quelques guerriers anonymes. Du bois un peu vert crépitait dans le petit feu de camp improvisant ainsi une petite musique reposante, au moins réchauffait il les membres du froid qui s’imposait petit à petit.

Si les flammes dansaient joyeusement au rythme des braises, elles n’égayaient qu’à peine le cœur. Les visages étaient fermés, sombres pour certains, tristes pour d’autres plus proches des victimes. Plus tôt dans la journée, la petite troupe avait affronté plusieurs dizaines d’orques, gobelins et autres trolls non sans pertes malheureusement. Et depuis, chacun tentait avec plus ou moins de conviction de panser ses blessures…


« Il nous faut trouver leur campement et tous les exterminer ! » Fit un nain en colère, son marteau frappant de la pleine tête le sol poussiéreux.

« Faisons le, oui, et nous mourrons tous ! » Enchaîna un elfe sur un ton un peu cynique.

« Il suffit bon sang ! » S’écria un homme sur un ton sec. « Chacun d’entre vous a été mis au courant de la raison pour laquelle nous sommes ici, chacun d’entre vous savait à quoi s’en tenir lorsqu’il s’est engagé dans cette quête. Ceux qui sont tombés aujourd’hui seront honorés pour leur courage mais en attendant, nous nous devons de leur faire honneur en accomplissant notre mission ! »

« Bien dit ! » Fit un hobbit en levant sa chopine de bière avant que le geste ne fasse rire bon nombre des personnes présentes.


*****


Un peu à l’écart du feu de camp, un homme regardait le ciel étoilé tandis qu’une jeune femme s’occupait à panser une de ses blessures sur son torse à l’aide d’un grand bandage. Son armure de fer et de cuir disposée à côté de lui ne laissait aucun doute quant à la sauvagerie du combat, le long bouclier qui agrémentait la tenue avait quant à lui bien plus souffert. Contrairement à la majorité de guerriers, la jeune femme ne portait aucune armure, seulement une belle robe verte accompagnée d’une cape du même coloris. Et les marques du combat n’avaient que très peu laissé d’empreintes sur elle…

Finissant le dernier nœud pour maintenir le bandage, la jeune femme présenta l’armure à l’homme en souriant avec une tendresse qui ne laissait qu’à peine de doutes quant à la signification du sourire. Les gestes étaient doux, attentionnés l’un pour l’autre mais une fois l’habillage terminé, la jeune femme retourna s’installer à quelques pas de l’homme comme elle le faisait depuis le départ de l’expédition.

Alors, la soirée s’écoulait lentement au rythme des tours de garde…


*****


Assis près du feu, Arandorin ravivait les cendres du feu de camp tandis que les ronflements des nains couvraient la grande majorité des sons alentours. Bien qu’impassible et appliqué, il ne pouvait cacher l’air maussade de son regard, peut être la journée l’avait elle marqué plus qu’il ne le pensait ?

Nolwenath s’était endormie à quelques mètres de lui, sans la moindre difficulté d’ailleurs, d’un sommeil léger mais néanmoins réparateur. Loin de ses compagnons à poil et à plumes sous la demande pressante des compagnons de l’expédition, elle s’était recroquevillée sous sa couverture un sourire discret aux lèvres…

Un fort crépitement du feu de camp la fit sortir du pays des songes et ouvrir les paupières fut difficile tant la lueur vive des flammes s’avérait violente pour les yeux. Elle retrouva le camp comme elle l’avait quitté quelques heures auparavant, Arandorin veillait durant son tour de garde et les autres dormaient paisiblement.


« M’sieur Arandorin ? » Murmura t’elle lentement pour ne réveiller personne ce qui fit instantanément tourner la tête de ce dernier.

« Vous devriez dormir, jeune fille, les combats d’aujourd’hui ont requis beaucoup de vos forces. » Répondit il sur le même volume.

« Je n’ai plus vraiment sommeil… » Dit elle avec un sourire plus franc qui n’attira pas plus d’émotions sur le visage martial et stricte de la sentinelle. « Puis je m’installer près de vous ? »

« Bien sûr, pourquoi poser la question ? »

Observer les flammes avait un certain pouvoir hypnotique si l’on s’y attardait trop longuement, Nolwenath le remarqua au bout de quelques secondes avant de répondre.

« Je ne sais pas vraiment, j’ai peut être un peu peur de vous gêner durant votre garde… »

« Vous ne me gênez pas le moins du monde, j’allais faire quelques pas si vous voulez me suivre. » Dit il en s’étirant tel un chat. « Votre bandage fait des merveilles en tout cas, je vous en remercie. »

Se levant tous les deux, ils firent quelques pas en dehors du campement et commencèrent à ramasser du bois sec pour alimenter le feu.. Durant quelques longues minutes, le silence s’installa le temps peut être de se charger un peu les bras.

« C’est une bien triste journée, les orques ont été repoussés mais ils reviendront. » Dit la jeune femme en regardant le sol avec peine.

« Oui, il nous faudra être vigilant. » Répondit Arandorin tout en continuant sa collecte de bois avant de sentir dans son dos le contact du corps de la jeune fille et en se retournant de découvrir un sourire plein de tendresse sur son visage.

« Mon aimé… » Murmura t’elle du bout des lèvres.

Le silence reprit ses droits le temps de quelques secondes, les mots ne semblant communiquer qu’au travers de leur regard. Sans qu’ils ne le remarquent, leurs lèvres se rapprochèrent peu à peu avant de s’unir dans un baiser dont la tendresse sembla prêt à effacer les peines de la journée. Enlaçant la jeune femme d’un bras, l’autre étant pris par le bois, ils restèrent de longues minutes ainsi…

« Je vous aime… » Murmura t’il dans l’intimité offerte par l’obscurité.

« Moi aussi, je vous aime… » Répondit elle avec sourire.

« Nous devrions retourner au campement, mon tour de garde va bientôt se terminer. »

Regardant en direction du lieu choisi par ses compagnons à poil et à plumes pour le repos, Nolwenath offrit à Arandorin l’un de ses sourires les plus tendres.

« Demain nous réussirons, j’en suis certaine... Chacun se donne au maximum, je continuerai de la même façon. Votre présence m’aide beaucoup moi aussi, je n’ai plus peur de libérer les éléments car je sais que vous serez là… »

La jeune femme continua à sourire de la même manière, la tristesse d’évènements passés se lisant dans son regard malgré tout. Puis, comme un baume guérissant les blessures, la main d’Arandorin vint caresser sa joue avec douceur ce qui la fit continuer à murmurer.

« Et puis vous m’avez promis de me décrire le Gondor, ne l’oubliez pas… » Ajouta t’elle avec un sourire rieur.

« La nuit est bien trop avancée pour que je puisse vous le décrire cette nuit mais j’entends bien tenir cette promesse. » Répondit il avec douceur, aussi bien dans le regard que dans la voix avant de jeter un coup d’œil au campement et de reprendre son sérieux. « Il va nous falloir regagner le camp, mon tour de garde va se terminer. »

Le feu commençait à s’étouffer quand ils revinrent en silence, les sourires les plus tendres ayant été remplacé par des expressions plus déterminées et sérieuses quant à la réussite de leur mission. La jeune femme rejoignit à nouveau sa couverture en observant une dernière fois les personnes autour d’elle avant de s’endormir sous la bienveillance discrète de la sentinelle.
Revenir en haut Aller en bas
Nolwenath
Dresseuse d'ours
avatar

Nombre de messages : 1472
Age : 36
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: [RP] La promesse d'un coeur   Dim 18 Oct 2009 - 15:01

La nuit était noire, opaque, vide de toute source de lumière et cependant n'était point inquiétante. Une odeur légère de soufre planait dans l'air, celle de bougies éteintes depuis quelques heures déjà. Et au coeur de cette obscurité, l'humanité respirait à rythme régulier précieusement protégée dans l'étreinte d'une couverture...

Un souffle de peine, un murmure troublant la sérénité des respirations se mit à se faire entendre. Une douce voix plaintive et triste accompagnée des refus solitaires semblait répondre à une discussion inexistante. Bien qu'aveugle, il n'était guère difficile de reconnaître là le son d'une jeune fille, encore moins lorsque le bref cri de terreur survint...


*****


Quelle horrible rêve à nouveau ! Toujours le même depuis tant de mois... Nolwenath était en nage et l'obscurité qu'elle retrouva après ce réveil soudain ne l'aidait guère à se calmer. Créant une petite flammèche en haut de la mèche, la jeune fille alluma la bougie la plus proche d'elle dévoilant la chambre jusqu'alors dissimulée dans le noir. A ses côtés dormait paisiblement Arandorin, son visage était calme et serein comme à son habitude... Les souvenirs de leur étreinte, de l'amour partagé cette nuit l'aidèrent à calmer cette peur panique qui faisait trembler son corps si frêle. Toujours cette vision depuis qu'elle avait pénétré dans l'inquiétante forêt noire par le sud...

Son rêve commençait toujours par ce qui devait être une promenade paisible en compagnie de sa horde au coeur d'une forêt qu'elle apparentait à celle de Bree. L'air semblait léger et les fleurs s'épanouissaient en libérant leur plus beau parfum, Fenrhir et Ys jouaient l'un avec l'autre et Ankhou lui confiait ses craintes pour l'avenir. Ce n'était qu'alors que le rêve s'obscurcissait... Sa mère Cynedra surgissait de l'ombre d'un chêne, le visage tordu par la douleur d'une profonde blessure au ventre. Des mots aux allures d'avertissement semblaient vouloir sortir sans qu'aucun son ne sorte de sa bouche, elle lui indiquait de fuir visiblement quelque chose mais quoi donc? Bien qu'ayant fait plusieurs fois ce rêve, cette vision lui tordait toujours les boyaux et comme à chaque fois, elle tenta de déployer sa magie pour venir en aide à sa mère plutôt que de fuir. Alors, irrémédiablement, elle la voyait stopper net ses cris muets à son encontre lorsque la première flèche vint la perforer dans le dos, suivi de plusieurs autres. Ce n'était qu'alors que la vague d'orques surgissait face à la horde, misérables jouets pour les crocs et les griffes devenus enragés par la perte de leur amie et mère.

Après le trépas du dernier ennemi, Ankhou l'appelait toujours à venir au plus vite d'une voix tellement triste qu'elle lui glaçait le sang. Au pied d'un saule pleureur était étendu le corps d'Arandorin, meurtri de toute part par les lames ennemis... Comme un monde s'effondre et même en sachant que ce n'était qu'un rêve, son coeur se mettait toujours à pleurer inconsolable de perdre pour la énième fois la famille qu'elle avait toujours désiré. Serrant le corps ensanglanté de son amour contre son sein, elle criait à la mort tout son désarroi comme le faisait les loups de sa horde au coeur de la nuit. C'était alors qu'il apparaissait, inquiétant avec son armure sombre et terrifiant par le regard en apparence vide qu'il posait sur elle : le Nazgul. Il s'adressait à elle comme le faisait son grand père, d'une voix posée bien que plus grave que la sienne, et lui confiait sa peine de la voir perdre à nouveau sa famille dans ces circonstances alors même qu'elle tenait toujours contre elle le corps d'Arandorin. Face au désarroi qu'elle affichait, il proposait alors de la laisser le rejoindre, lui promettant qu'il avait le pouvoir de faire revivre sa mère et son aimé, que plus jamais ils ne seraient séparés. Que pour cela, elle n'avait qu'à laisser sa colère et sa haine de l'ennemi l'envahir. Alors il lui tendait la main, cette main couverte de maille sombre à l'odeur de cendre... Et comme à chaque fois, elle hésitait se pensant irrémédiablement perdue sans sa famille approchant timidement sa main de celle du Nazgul, Fenrhir l'avertissant que tout n'était pas perdu, Ys l'implorant de ne pas laisser tomber et Ankhou lui rappelant que les paroles de son grand père de lutter contre la corruption du mal. Toute sa horde semblait s'être réunie soudainement pour lui prouver qu'elle n'était pas seule et n'avait pas perdue toute sa famille et sous le coup d'une longue réflexion alors même que ses larmes avaient enfin cessé, elle reculait sa main de l'attirante proposition du Nazgul. Ce n'était qu'alors que le rêve se terminait par la fureur du Nazgul qui lui saisit le bras avec force en lui disant ces quelques mots :


"Tu nous appartiendras, ce n'est qu'une question de temps !"

Sortant de ses pensées et essayant par tous les moyens de refouler la tristesse que ce rêve avait soulevé en elle, Nolwenath observait le sommeil d'Arandorin qui était bel et bien vivant à ses cotés. Elle scrutait les cicatrices qui décrivaient sa vie comme le ferait des histoires, l'une d'elle lui rappelait à chaque fois que combattre les armées de l'Oeil pouvait coûter énormément. C'était une large entaille sur la poitrine faite par une large lame qui lui était bien connue, celle de Mordirith "le faux roi" au cours d'un combat victorieux que la Garde des Dragons Noirs avait mené contre lui. Chacun en garderait la trace, Arandorin avait la sienne, elle y déposa un doux baiser comme pour exorciser les vieux démons, pour se rassurer et aussi pour protéger l'être aimé.

"Tu es si beau lorsque tu dors..." Murmura t'elle doucement.

"Hmm... Tu ne dors pas, mon amour?" Répondit il pour la plus grande surprise de Nolwenath.

"Pardon, je t'ai réveillé..." Dit elle un peu gênée.

"Tu as fait ce rêve à nouveau, n'est ce pas?" Demanda Arandorin tout en prenant le corps nue de la jeune femme dans ses bras.

"Comment le sais tu?" Répondit elle totalement surprise. "Je ne t'en ai jamais parlé pourtant..."

"Ankhou m'a confié ses craintes à ce sujet, il s'inquiète et moi aussi..." Dit il avant de lui embrasser le front.

"Je n'osais pas t'en parler, ce rêve est si brutal. Pardonne moi, j'ai eu si peur... Si peur que ce soit un sombre présage que je ne sache pas interprêter." Admit elle sur le ton de la honte, se rapprochant un peu plus du corps de son aimé.

"Je comprends." Acquiessa t'il. "Les combats contre l'Oeil sont encore nombreux et les occasions de succomber au désespoir tout autant mais il nous faut garder espoir, mon amour. Lorsque tu te sentiras prête à me parler de ce rêve, je serai là..." Continua t'il en souriant tendrement.

"Merci mon amour... Tes mots sont les pansements qu'il faut pour mon coeur." Dit elle en souriant à son tour.

Un souffle vint ensuite éteindre la flamme de la bougie, déposant à nouveau un voile d'intimité dans la chambre. Et en son sein, l'amour reprit ses droits...
Revenir en haut Aller en bas
Nolwenath
Dresseuse d'ours
avatar

Nombre de messages : 1472
Age : 36
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: [RP] La promesse d'un coeur   Dim 20 Déc 2009 - 16:37

A l'horizon, la maléfique et sombre forêt de Myrkwood s'étendait telle une tâche d'encre qui se serait écrasée sur la page d'un livre de contes pleins de féérie. Les combats qui se déroulaient dans les plus proches régions de l'Orée Noire n'étaient point plus mortels que ceux survenant dans les tréfonds de la Moria. Et pourtant...

A chaque expédition, cette sensation nauséeuse finissait invariablement par apparaître, comme une profonde marque de dégoût envers cette contrée corrompue. Non que l'odeur y était plus prononcée que dans les charniers de l'Angmar, non, le mal y était tout simplement plus puissant. Alors la paranoïa commençait à s'immiscer accompagnée de murmures imaginaires, soufflés discrètement à l'oreille amenant plusieurs fois l'épée à sortir du fourreau...

Une voix s'exclama, à la fois réconfortante et excitante, un baume au moral, une injonction à se battre avec toutes ses forces !


"Jeune fille, restez avec moi ! Ne laissez point ce qui vous tourmente vous perdre parmi les âmes errantes! Les elfes nous ont confié une mission, vous souvenez vous?"

L'oppression se dissipa comme une ombre face à la lueur du soleil, laissant place à un sentiment de sérénité retrouvé. Bien qu'alerte vis à vis des nombreuses menaces qui les entouraient, Arandorin s'approcha de son aimée et lui embrassa le front avec douceur.

"Ne vous gênez pas pour moi, je veille sur les alentours..." Gronda ironiquement Fenrhir.

Semblant ne pas avoir saisi le moindre mot de l'imposant ours, la sentinelle observait déjà les lignes ennemis qui s'étiraient au loin devant eux. Les orques étaient nombreux et bien organisés, ce qui expliquait l'intérêt des elfes pour cet endroit. Parmi eux, se trouvait un chef de guerre un peu trop astucieux : il était nécessaire qu'il disparaisse...

"Pardonnez moi pour cette absence, je ne... saurai l'expliquer mais..." Bredouillait elle à mesure qu'elle observait les lignes ennemis à son tour.

"L'opération risque d'être compliquée, il ne va pas être facile de se frayer un chemin parmi ces orques." Répondit Arandorin d'un ton perplexe.

"Si la force ne semble pas pouvoir réussir alors la ruse peut le faire..." Souffla Nolwenath.

"Qu'avez vous en tête?" Demanda l'homme du Gondor.

"Attirons leur attention à l'opposé du camp, le chef de guerre sera plus facile à distinguer ainsi. Ce sera certainement le seul à crier des ordres au milieu de la confusion..." Murmura la jeune femme.

"J'ai hâte de leur croquer l'échine moi !" Enchérit Fenrhir joyeusement.

Quelques heures plus tard, le rapport était fait auprès du commandant de l'armée de la forêt d'or alors même que le feu utilisé pour l'embuscade semblait toujours ravager le campement des engeances. Mais la colonne de fumée s'avérait bien maigre par rapport à celles volontairement provoquées...

La lance de la sentinelle s'était plantée profondément dans le coeur de l'ennemi...

Le message était désormais transmis à Dol Guldur, la jeune femme le pensait en voyant son aimé discuter avec quelques soldats venus le féliciter pour la réussite de l'opération. Et pourtant, elle s'était volontairement tenue à l'écart des célébrations, préférant s'asseoir sur l'herbe verte faisant face à la Lothlorien. Son sourire trahissait un bonheur entier, profond et sincère...

"Pourquoi ne pas te tenir à ses côtés? Il risque de te chercher." L'ours s'installa à ses côtés, adoptant une posture amusante sur le dos.

"Je ne me cache pas, il sait où me trouver, gros béta... Je suis juste fatiguée, cette aventure était éprouvante." Répondit elle en laissant son regard papillonner sur les sols fleuris de la rive de la Lothlorien tandis qu'elle ne cessait de sourire.

L'ours s'étonnait toujours de voir sa maîtresse s'épanouir chaque jour un peu plus, non pas qu'il ne lui souhaitait égoïstement pas ce destin. Son bonheur lui remplissait le coeur de joie, le faisant grandir lui aussi ! Non, son étonnement était tout autre car pour la première fois, il lui semblait qu'elle commençait petit à petit à devenir une femme...

Les mains déposées sur son ventre, elle entreprit de murmurer une phrase qu'elle avait aperçu dans un recueil de poème tandis que celle d'Arandorin se posait avec douceur et tendresse sur son épaule.

"Du bonheur des amants naît la fleur aux couleurs vives qui, telle une étincelle de lumière au coeur des ténèbres, verra s'épanouir les plus grandes joies..."
Revenir en haut Aller en bas
Nolwenath
Dresseuse d'ours
avatar

Nombre de messages : 1472
Age : 36
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: [RP] La promesse d'un coeur   Mar 5 Jan 2010 - 20:59

Le temps n'était guère encourageant aujourd'hui encore, les nuages n'avaient de cesse de s'amasser depuis quelques jours et cela en devenait désespérant. Même s'il était vrai qu'il en fallait plus pour effrayer un ours, Fenrhir n'abordait que rarement une journée ainsi couverte avec une joie débordante comme à son habitude. Non seulement sa pitance se dissimulait des éventuelles gouttes mais en plus ses amis ne l'accompagnaient que rarement dans le but, aussi futile pour un ours, de ne pas être mouillé par la pluie.

Et aujourd'hui ne faisait pas exception à la règle...

Les premières gouttes d'eau vinrent battre les pavés aux premières lueurs de la journée tandis que dans la paisible bourgade de Bree, les habitants s'éveillaient petit à petit. Se promenant parmi les plaines verdoyantes en prenant soin de ne pas s'approcher des humains, Fenrhir en profitait pour observer les allés et venus de nombreuses caravanes. Clairement, un marché se préparait tant les odeurs de nourritures lui excitaient les papilles, de bonnes odeurs de viandes séchés, de miel délicieusement parfumés et tant d'autres choses encore.

Puis alors vint l'heure d'aller voir celle qu'il aimait tant...

Les volets de la petite bâtisse n'étaient point encore ouvert malgré la matinée bien avancée ! Que se passait il donc? Nolwenath était toujours très ponctuelle quant il s'agissait de venir lui embrasser sa truffe... Poussant un grognement plaintif, l'ours au pelage de neige s'approcha de la porte de la maison afin d'y découvrir un indice peut être. Sentant l'inquiétude le gagner, elle ne fut toutefois que de courte durée.

Arandorin Coeur d'Acier était de retour...

Qu'il fut long le temps pour Fenrhir d'accepter complètement la présence de cet homme auprès de son amie, l'idée de la voir souffrir le poussant à une paranoïa parfois sans limite. Malgré tout alors que le temps use les montagnes par delà les cimes, il fut de bon conseil de le laisser faire son oeuvre. Et même s'il nierait sa pensée par principe d'une fierté bien « ours » dans le fond, il était très heureux de constater que l'homme s'occupait merveilleusement de son aimée.

Son ventre commençait à s'arrondir après tout...

Les combats amenaient le soldat du Gondor toujours plus loin dans les terres de la Forêt noire, éloignant chaque jour un peu plus les moments d'intimités qu'il partageait avec son aimée. Et pourtant, sans qu'il n'en témoigne un traître mot, Nolwenath devinait les péripéties sans pour autant le lui avouer. Qu'elle aimait lui dire combien son enfant serait un grand aventurier plus tard, mots complètement motivés par le fait qu'il gigote beaucoup ! Et alors le masque finissait par tomber irrémédiablement, révélant la vérité sur lui même, lui Arandorin... Lui, un homme sage mais pourtant si impatient et tellement inquiet.

Alors le Gondor lui semblait parfois un peu moins loin...

Jamais un ours n'avait été si impatient de voir un petit homme naître, non pas pour le dévorer mais pour le voir découvrir le monde, pour l'aider et aussi, son plus grand désir en réalité, pour être choisi pour le protéger ! Que de rêves, que de rêves affichés ! Pourtant, Nolwenath s'imaginait ce que pouvait être Minas Tirith, ces fameux murs d'un blanc immaculé et plus encore, ce qu'y donnerait un mariage. Quel doux rêve pour une jeune fille sortant d'une forêt et accompagnée d'une horde sauvage ! Mais qu'importait car il était entièrement partagé et tandis qu'ils vivaient leur amour, la graine qu'ils avaient semé ensemble voilà quelques mois déjà ne cessait de pousser.

Alors peut être que cette pluie était une bonne chose en fin de compte, si cela laissait à Arandorin et Nolwenath le temps d'être ensemble. Et puis il fallait voir le bon côté des choses, il pourrait faire la chasse au miel sans être réprimandé tout de suite ! Qu'il était bon d'être un ours parfois...
Revenir en haut Aller en bas
Nolwenath
Dresseuse d'ours
avatar

Nombre de messages : 1472
Age : 36
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: [RP] La promesse d'un coeur   Sam 3 Juil 2010 - 1:07

"Mes amis, s'il vous plaît... Faites vite." Murmura une voix douce, cependant teintée de douleur.

Une horde, composée d'innombrables animaux de toute nature allant du plus petit écureuil au majestueux ours brun, venait de se mettre en marche et ce, dans toutes les directions possible. Par les airs, l'eau ou à même la terre, tous se mouvaient avec une vigueur exceptionnelle à travers l'Eriador, tels des proies désireuses d'échapper à un prédateur, transportant avec eux un message écrit par la main de l'homme.

Et cet écrit ne devait être porté qu'à un seul homme : un guerrier impitoyable face aux hordes du Mordor !

Beaucoup de ces créatures de Mère Nature reviendront bredouilles, perdront le précieux message au cours d'un périple bien trop dangereux ou bien réussiront à tourner en bourrique quelques orques en se frayant un passage parmi leur camp. Mais en chacun d'eux règnera l'espoir qu'un des leurs réussisse la mission qui leur a été confié !

Et lorsque l'homme en question aura été retrouvé, il découvrira le contenu secret du message.


Citation :
L'écriture de la lettre semble fébrile, comme si la rédiger avait demandé beaucoup d'effort.

Messire Arandorin, mon aimé,

Avant toute chose, puissiez vous prendre grand soin du compagnon qui vous porte la nouvelle où que vous soyez car il aura certainement voyagé une très longue distance pour vous confier mes mots...

La douleur se fait plus fréquente quant à notre enfant, je ne saurai dire s'il désire quitter mon ventre au moment même où j'écris ces mots mais d'après les messes basses de la sage-femme qui s'occupe de moi, il semblerait. Normalement, les gens sont heureux d'un tel évènement mais je ne saurai dire pourquoi, la sage-femme ne semble pas en joie quand elle vient me voir. Je lis sur son visage comme de la tristesse...

Il est vrai que je ne dors que très mal en ce moment, ces cauchemars me hantent tellement... Les pouvoirs maléfiques semblent plus prompt à me faire mal, tentant son message de poison à mes oreilles. La voix veut notre enfant, elle veut que je lui apporte, chose que je réussis à refuser catégoriquement pour le moment mais cela devient si épuisant.

Ces derniers jours, on me refuse les promenades en forêt et je n'ai plus le droit que de rester couchée dans ce lit en tenant entre mes mains notre plus précieux trésor !

Mais mon aimé, j'ai peur... Jamais je n'ai ressenti cela auparavant et c'est pour cela que je vous fais parvenir ce message. Puissiez vous m'apporter votre force pour affronter les jours à venir car j'ai l'impression d'entrevoir une porte menant au pays où les gens sont heureux.

Ma main ne peut en écrire plus...

Puissiez vous recevoir ce message à temps mon aimé...

Nolwenath Vertebrindille
Revenir en haut Aller en bas
Nolwenath
Dresseuse d'ours
avatar

Nombre de messages : 1472
Age : 36
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: [RP] La promesse d'un coeur   Mer 6 Oct 2010 - 20:49

[Réservé ou à supprimer si une réponse est publiée à la suite]

P.S. : Bonne lecture pour le petit texte ci-dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] La promesse d'un coeur   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] La promesse d'un coeur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [LEGO] Coup de coeur"metal sonic"
» Sora, ou l'élu au coeur pur
» Votre anime coup de coeur du moment !
» Mes films coup de coeur et à voir
» [Lego] Coup de Coeur: BlueStarMedia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
la Garde des Dragons Noirs :: LES JEUX OU NOUS SOMMES :: [F2P] Le Seigneur Des Anneaux Online :: Tranches de vie-
Sauter vers:  


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit