la Garde des Dragons Noirs

Communauté de joueurs de mmorpg
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Nolwenath] L'ombre du héro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nolwenath
Dresseuse d'ours
avatar

Nombre de messages : 1472
Age : 35
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: [Nolwenath] L'ombre du héro   Jeu 19 Juin 2008 - 19:11

Une légère pluie rinçait doucement le pays de la Comté depuis quelques heures, idéale pour les cultures ayant souffert d’un soleil presque omniprésent. Les badeaux se faisaient rares, peut être trop frileux à l’idée de se tremper les eaux ? Toujours fut il qu’un silence s’installa uniquement troublé par le son de l’eau venue du ciel…

Au travers de la petite fenêtre d’une maison de quartier, l’ombre d’un visage se dessinait dont les contours ondulés par les filets d’eau sur le verre donnaient un aspect effrayant à la situation. Au dehors, une petite cabane protégeait le corps imposant d’un ours immense qui dormait ventre à terre, la tête entre les pattes. Dans la façade de l’abri, un petit perchoir avait été aménagé sur lequel un corbeau de taille majestueuse s’était installé, semblant veiller sur l’occupant principal de la demeure. De la scène se dégageait une impression de mélancolie et de tristesse comme le ferait un tableau aux couleurs ternes puis un lourd bruit sourd brisa l’harmonie, la porte de la maisonnée venait de s’ouvrir…

L’ours dressa les oreilles, averti par le bruit mais resta sans bouger comme soupe au lait tandis que son compagnon à plume se mit à observer la scène croassant bruyamment.

"Fenrhir !

Laisse moi dormir, Ankhou ! grogna gentiment l’ours.

Ouvre donc les yeux, elle sort aujourd’hui !" croasse l’oiseau à nouveau.

Comme si son arrière train était enfin, le mangeur de miel se dressa d’un seul bloc trahissant par la même occasion sa musculature impressionnante. Passant la tête en dehors de l’abri, il observa la maison hobbit avec inquiétude.

"Crois tu qu’elle voudra jouer un peu cette fois ? émit plaintivement Fenrhir.

Je ne sais pas… à vrai dire, je ne sais plus… Elle ne se confie plus à moi, as-tu vu comme elle a maigri ? répondit le corbeau.

De la petite maison sortit une jeune fille habillée d’une magnifique robe aux couleurs rouge et rouille, ses beaux cheveux châtains n’arrivaient cependant pas à faire oublier le visage creusé par la maigreur de ses joues et la fatigue de ses traits. Recueillant de ses mains maigres quelques gouttes de la précieuse eau tombant du ciel, elle ne les regarda qu’à peine tandis que la pluie commençait à la tremper jusqu’aux os. Autrefois radieuse et souriante, elle n’était plus qu’une ombre parmi un paysage enchanteur, souriante malgré tout mais ailleurs.

"Va la voir, Fenrhir, elle a besoin de toi, de ta présence. croassa Ankhou.

Elle est si triste… Je ne sais plus comment faire, tu sais… Elle ne veut plus jouer. pleura l’ours dans ses grognements.

Va y idiot, et n’oublie pas ton cadeau." le rassura le volatile.

Dans une succession de grattement de bois, l’ours sortit enfin de son abri, une magnifique rose habilement coincée dans la gueule. Autrefois, joyeux et fier, l’ours s’approchait la peur au ventre de la jeune fille. Avertie par le boucan involontaire, cette dernière s’approcha à pas lent de l’imposant animal jusqu’à se réfugier contre la chaleur de son pelage.

"Nolwenath… Regarde ce que Fenrhir a cueilli pour toi, c’est la plus belle de la Comté ! Les hobbits en était jaloux mais n’ont pas osé lui prendre, tu te doutes ! croassa le corbeau sur un ton volontairement joyeux.

Bonjour… mes amis… murmura doucement la jeune fille, le timbre de voix épuisé. Oh… une fleur, la jeune fille tendit le bras et libéra la gueule de l’ours du présent, elle est belle… Vraiment… Merci à vous deux…"

D’un mouvement du museau, Fenrhir vint lécher le visage de son amie, insolite geste d’amour entre la belle et la bête auquelle la « princesse » répondit par une caresse sur le museau, son maigre sourire s’attristant mécaniquement.

"Je vais me promener, un peu… Vous… voulez venir ? murmura t’elle.

Mais il pleut, tu vas tomber malade et surtout salir ta robe ! Zorglor ne sera pas content encore ! s’écria Ankhou.

Mais non, il ne pleut pas tant que çà… J’y vais en tout cas, il va peut être revenir…" répondit elle, comme ignorante de l’évidence.

Joignant le geste à la parole, Nolwenath s’éloigna vers le sentier pavé tout en laissant traîner sa main sur le pelage de l’ours, longue caresse voilée de tristesse.

"Elle n’arrive pas à l’oublier… Elle l’aime de tout son cœur mais il ne reviendra pas, j’en ai bien peur." se désola le corbeau.

L’ours ne répondait pas, regardant la jeune fille partir au loin à un pas digne d’un être spectral. A vrai dire, il ne le pouvait pas tant sa gorge se nouait. Et pour la première fois, aussi incroyable que cela pouvait être, Fenrhir se mit à pleurer à chaude larme sous le regard de son compagnon à plume !

Et hormis le son mélodieux de la pluie, le silence reprit ensuite ses droits…
Revenir en haut Aller en bas
Zorglor Bonpied

avatar

Nombre de messages : 162
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: [Nolwenath] L'ombre du héro   Sam 21 Juin 2008 - 21:01

Les choses ne s'arrangeaient vraiment pas. Non seulement Nolwenath ne sortait plus de sa continuelle mélancolie, mais en plus, au fur et à mesure que les jours passaient depuis le départ d'Oberick, la jeune fille semblait de plus en plus se recroqueviller sur elle-même, indifférente au monde qui l'entourait.

Que ce soient les attentions sans cesses renouvelées de Zorglor, les tentatives des autres Dragons, ou même les requêtes de plus en plus pressantes de Fenrhir et Ankhou, Nolwenath semblait toujours ne pas écouter, répondant distraitement avec un vague sourire, perdue dans ses sombres pensées.

Zorglor, qui avait d'abord pensé que l'état de la jeune fille irait en s'améliorant, le temps faisant son œuvre, était de plus en plus inquiet en voyant sa fille perdre tout intérêt pour la vie et s'amaigrir de jour en jour, son visage toujours souriant s'affaissant un peu plus chaque fois qu'il la voyait.


Ce jour de pluie, alors qu'il était dans la maison de la Garde, faisant un peu de rangement dans les réserves, le hobbit entendit des voix venant du jardin. Sortant, il aperçut Bahaal et Shana, sur le point de partir rendre divers services en quelque partie d'Eriador, et qui saluaient la nouvelle arrivante, frêle et trempée. Après avoir souhaité bonne chance aux deux gardiens, le hobbit fit rentrer sa fille, qui réagissait à grand'peine, sa robe dégoulinant d'eau.

"Tu n'aurais jamais du venir à pied depuis la Comté par ce temps ! Tu vas tomber malade !"
"Non, papa, ça va, t'inquiète pas ..."
"Va vite te mettre devant le feu, et enlève cette robe trempée, tu vas attraper froid. Sèche-toi bien les cheveux, surtout. Tu as quelque chose d'autre à te mettre ?"


Nolwenath se contenta de secouer la tête, visiblement ailleurs. Masquant un soupir, le hobbit fouilla dans son sac et tendit la robe de rôdeur qu'il avait achetée aux enchères à Combe la semaine précédente et qu'il n'avait pas encore eu le temps de raccourcir.

"Mets ça, ça devrait t'aller ... allez, file !"

Nolwenath disparut silencieusement dans la grande pièce de la maison, le hobbit restant dans le vestibule, faisant les cent pas. Quelques minutes passèrent, dans le plus grand silence. "Nol ? ma chérie ?". Ses appels restant sans réponse, le hobbit se glissa dans la grande pièce. La jeune fille avait enfilé la robe sèche et était assise lascivement devant la cheminée, fixant les flammèches, le regard absent, et ne tourna pas la tête alors que son père s'approchait.
Revenir en haut Aller en bas
Zorglor Bonpied

avatar

Nombre de messages : 162
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: [Nolwenath] L'ombre du héro   Sam 21 Juin 2008 - 21:07

Le hobbit s'assit à côté de la jeune fille et passa une main par dessus son épaule, Nolwenath réagissant à peine à la marque d'affection. Zorglor se mit également à regarder le feu, ne sachant pas ce qu'il pouvait lui dire qu'il ne lui avait pas déjà dit.

Comment lui faire comprendre qu'il ne fallait pas qu'elle s'enferme dans sa mélancolie, dans son désespoir, de savoir attendre courageusement le retour de son héros ? Elle lui avait dit plusieurs fois depuis quelques jours qu'elle avait la sensation de ne plus être capable de comprendre la nature, de ne plus l'entendre ... Il avait essayé de lui faire comprendre que c'était lié à son repli sur elle-même, qu'elle n'était plus capable d'entendre autre chose que son chagrin, mais rien n'y avait fait.

"Et Fenrhir, et Ankhou ... pense à eux ! Regarde, comme ils sont malheureux, quand ils te voient, qu'ils viennent te voir, et que tu donnes l'impression de ne pas être là, de ne pas les voir !"
"Mais, j'leur dis bonjour pourtant ... je ... "
.

La jeune fille fondit de nouveau en larmes. Zorglor la laissa pleurer, pensant que c'était encore préférable à cette sorte d'indifférence absente qui lui était devenue coutumière. Nolwenath sanglotait silencieusement, son visage appuyé sur l'épaule de son père, qui la serrait contre lui, immobile.

Soudain, l'étreinte de la jeune fille se relâcha, et elle commença à glisser lentement. La rattrapant, Zorglor se redressa brusquement, étonné. "Nol' ? Ca va ?". Sa question resta sans réponse. Silencieusement, Nolwenath s'était évanouie, blême.
Le hobbit prit doucement sa fille et l'allongea confortablement sur le tapis, les gestes tremblants. "Nol', ma chérie ! Réveille-toi !". Il secoua légèrement sa fille, qui, après quelques instants, poussa un petit gémissement et ouvrit les yeux, les traits tirés.

Zorglor s'assura que la jeune fille était effectivement réveillée, cala confortablement sa tête contre son sac, et, lui intimant l'ordre de ne pas bouger, il sauta sur ses jambes.

"Il faut absolument que tu manges, tu ne peux pas aller bien sans ça."
"J'ai pas faim, Papa",
murmura-elle d'une petite voix.

Le hobbit secoua fermement la tête: "Non, tu dois manger", puis il se dirigea vers le garde-manger, cherchant une nourriture adaptée à l'état de sa fille parmi les nombreux délices qui y étaient stockés. Un ragoût de bœuf, du lard frit, des côtes de porc, du lapin mariné, tout cela était merveilleux, mais ne semblait pas du tout adéquat pour la jeune fille qui n'avait pas mangé depuis de nombreux jours, très affaiblie.
Il se décida finalement pour une tarte aux fraises, pensant que cela ferait de plus plaisir à la jeune fille. Il se hâta à son chevet, et, prenant lui-même une cuillerée avec uniquement des fruits, l'approcha de la bouche de sa fille. Celle-ci, trop épuisée pour refuser, prit les fraises dans sa bouche et mâcha lentement, sans plaisir. Quelques cuillères suivirent ainsi.

"Papa ... je suis désolée, excuse-moi ..."
Secouant la tête, le hobbit intima le silence à sa fille "Chut ... mange, et pense à autre chose ..."

Mais même cette nourriture était de trop pour l'organisme fragilisé de la jeune maîtresse du savoir, qui eut un haut-le-cœur avant de rendre les quelques bouchées qu'elle avait avalées. Son père grimaça puis sortit un mouchoir, essuyant son visage, avant de se diriger de nouveau vers la cuisine, cherchant une nourriture plus légère, et revenant avec de l'eau et des biscuits secs.

"Nol' ... Il faut que tu essaies ça ... Ce n'est pas facile, je sais mais ...".

Le hobbit s'étonna de ne pas avoir de réponse et se pencha sur la jeune fille toujours allongée par terre. "Nol' ? ...". Celle-ci s'était de nouveau évanouie, et ne semblait pas se réveiller. Essayant de ne pas paniquer, Zorglor porta sa fille avec difficulté jusqu'au lit le plus proche dans la grande maison de confrérie. "Nol' ! ..."

Après quelques gouttes d'eau sur le visage, celle-ci ouvrit de nouveau les yeux, gémissant faiblement "Papa ... ". "Chut, ne bouge pas ... repose-toi ... je reviens". Après un ultime passage à la cuisine, le hobbit choisit finalement un jus de fruits dans lequel il rajouta un peu de sucre.

Cette fois, la jeune fille parvint à boire la préparation, lentement et difficilement, avant de regarder son père, les traits toujours aussi tirés et le visage blême : "Papa, je n'y arrive pas ... c'est trop dur ...". Murmurant quelques mots rassurants, sans trop y croie lui-même, le hobbit tint la main de sa fille, qui sombra rapidement dans un profond sommeil. Zorglor resta auprès d'elle toute la nuit, s'endormant peu avant l'aube dans le fauteuil tiré à côté du lit.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Nolwenath] L'ombre du héro   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Nolwenath] L'ombre du héro
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» carte de l'ombre et "n'importe qu'elle phase"
» Le pretre ombre.
» Spectre des ombre
» {kälhän et jëila} [chaman heal/amélio et pretre ombre]
» Grimoire d'un Esprit de L'Ombre - Chapitre I - II - III

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
la Garde des Dragons Noirs :: LES JEUX OU NOUS SOMMES :: [F2P] Le Seigneur Des Anneaux Online :: Tranches de vie-
Sauter vers:  


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit